7 avril 2017

Quatre aspects à surveiller au mini camp des Alouettes

LCF.ca

MONTRÉAL – Les premières semaines du printemps sont synonymes de mini camp dans la Ligue canadienne de football.

Bien que la plupart des formations de la LCF ne tiendront leur mini camp qu’à la fin avril, les Alouettes de Montréal tiendront le leur cette semaine, à Vero Beach, en Floride, et de nombreux aspects seront à surveiller.

De lundi à mercredi, plusieurs des quelque 60 joueurs présents auront une première chance de faire connaissance les uns avec les autres en vue de la saison 2017, alors que Darian Durant, Ernest Jackson et Frédéric Plesius devraient sauter sur le terrain avec leurs nouveaux coéquipiers.

Le visage des Alouettes, tant sur le terrain qu’au sein de l’administration, a significativement changé depuis l’an dernier. Ainsi, quelles sont les histoires à surveiller lors des premiers véritables entraînements de l’équipe en 2017?

Darian, voici ta nouvelle unité

Cet été, le quart-arrière Darian Durant profitera d’un nouveau départ, alors qu’il endossera l’uniforme d’une nouvelle équipe pour la première fois de sa carrière. Qu’apprendrons-nous sur l’ancienne vedette des Roughriders de la Saskatchewan lors du mini camp? Physiquement, rien de bien nouveau. Les Montréalais voudront probablement que Durant s’acclimate plutôt aux différents rythmes de sa nouvelle unité offensive, et qu’il commence à absorber son nouveau livre de jeux.

L’étude sera au cœur de la semaine du vétéran quart-arrière : comprendre la philosophie de ses nouveaux entraîneurs, déceler les tendances de ses nouveaux receveurs, etc.

Cependant, chaque fois qu’un joueur de la trempe de Durant entame un autre chapitre de sa vie professionnelle, même de légers entraînements s’avèrent d’une importance capitale.

Montreal Alouettes

Comment se porte le genou de S.J.?

Au cours d’une année où le malheur a semblé s’acharner sur le groupe de receveurs des Alouettes, la perte de S.J. Green – potentiellement le meilleur receveur de l’équipe, tant en ce qui a trait à la fiabilité qu’au leadership – n’a fait que confirmer que 2016 fut une année remplie de frustrations pour l’unité offensive des Alouettes.

Il serait surprenant de voir Green participer à tous les entraînements du mini camp, voire qu’à un seul d’entre eux, mais il sera intéressant d’épier sa progression et d’évaluer la guérison de son genou.

Récemment, Green s’est dit presque prêt à reprendre l’entraînement complet et s’est montré encourageant quant à ses chances d’amorcer la saison régulière au sein de la formation partante des Alouettes.

Une première chance d’établir le rythme

Certes, le camp d’entraînement est le véritable tremplin en vue de la prochaine saison. Par contre, les Alouettes auront la chance d’utiliser le mini camp pour commencer l’enseignement de nouvelles philosophies. Un nouveau président, un nouveau directeur général, un entraîneur-chef qui en sera à une première saison complète et une douzaine de nouveaux joueurs… Les Alouettes sont une équipe transformée.

Si le côté physique du football occupe une grande partie du camp d’entraînement, le mini camp est le point de départ idéal pour les nouvelles idéologies. Les livres de jeux y sont distribués, et les nouveaux termes y sont introduits. Le directeur général Kavis Reed et l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine auront l’opportunité de déposer les pierres angulaires de leur nouvelle formation, avant même le début du camp d’entraînement en juin.

Changement de ratio au sein de la ligne défensive

Les Alouettes comptent sur deux des meilleurs ailiers défensifs de la Ligue, alors que les vétérans John Bowman et Gabriel Knapton forment le début et la fin de la ligne défensive du club. Cependant, des changements de personnel au cours de la saison morte laissent présager qu’il y aura de nouveaux visages au centre de cette ligne.

Le mini camp donnera une première idée des favoris pour remplacer des joueurs comme Alan Michael Cash et Aaron Lavarias. Ceux-ci sont Américains, et les Alouettes ont tenté de trouver des joueurs nationaux pour pourvoir aux postes de plaqueurs défensifs cet hiver. On retrouve ainsi Keith Shologan et Jabar Westerman, mais aussi Plesius, qui a évolué de temps à autre au sein de la ligne défensive des Tiger-Cats de Hamilton – même si sa position, à la base, est celle de secondeur.

Et qu’est-ce que ce changement de ratio au sein de la ligne défensive signifie pour celui de la ligne offensive? Les Alouettes voudront vraisemblablement utiliser deux Américains aux postes de bloqueurs : le mini camp permettra ainsi aux Montréalais de voir immédiatement le degré de flexibilité qui s’offre à eux.