11 juin 2018

Peu de risque et plusieurs retombées avec Reilly et Harris

Johany Jutras/LCF.ca

TORONTO – Il n’existe qu’une poigné d’athlètes toute position confondue qui attire l’œil des joueurs du Jeu Fantasy, semaine après semaine, et ce, peu importe le prix et les confrontations hebdomadaires. Pour ce qui est du poste de quart-arrière, nous pensons ici à Mike Reilly des Eskimos d’Edmonton, à Trevor Harris du ROUGE et NOIR d’Ottawa et à Jeremiah Masoli des Tiger-Cats de Hamilton. Chacun d’eux est capable de mener une attaque de haut niveau, de façon constante, possède un groupe de receveurs très talentueux et une capacité à compléter des passes importantes dans la zone payante.

Reilly a assurément été le quart le plus dominant de la Ligue canadienne de football (LCF), l’an dernier. Il a été le meilleur quart presque chaque semaine, devenant une valeur sûre pour les joueurs du Jeu Fantasy tout au long de la saison 2017. Il a mené la Ligue avec 5830 verges de gain par la passe et a terminé à égalité avec Harris au premier rang pour les passes de touchés, avec 30. Aucun joueur sur le terrain n’a été plus fiable que Reilley. De plus, son habileté de porteur de ballon sur les jeux « sans issues » lui a permis de marquer 12 touchés par la course. Brandon Zylstra et Adarius Bowman ne seront plus là pour attraper ses passes, cette saison, mais d’autres se lèveront et la « machine Reilly » poursuivra sur sa lancée de 2017.


» JEU FANTASY : Composez votre équipe de rêve et courez la chance de remporter 10 000 $!


Harris a été moins constant que Reilly en 2017. Toutefois, même s’il n’a joué que 15 matchs, l’an dernier, ses 30 passes de touchés ont été un sommet dans la Ligue, alors qu’il n’a subi que 11 interceptions. S’il peut demeurer en santé pour une saison complète, il fera pression sur Reilly pour le joueur le plus dispendieux au Jeu Fantasy 2018. Les receveurs Greg Ellingson, Diontae Spencer et Brad Sinopoli peuvent tous faire les gros jeux afin de permettre à Harris de cumuler 400 verges et quatre touchés, chaque semaine.

Masoli est le quart dont on parle le moins, mais qui fait partie de ces valeurs sûres que l’on voudra intégrer dans notre formation du Jeu Fantasy en 2018. Bien que Manziel obtient les grands titres dans les médias, c’est Masoli qui sera le partant en début de saison. Lors des cinq dernières semaines de la saison 2017, il a cumulé une moyenne de 348 verges de gain et deux touchés par matchs, tout en ajoutant une moyenne de six courses et 40 verges de gain au sol.

Les bons choix

Le prochain groupe de quarts a la capacité de produire beaucoup de points, mais pas au même rythme que le premier tiers, en plus de ne pas être aussi constant. Les blessures sont une des raisons du ralentissement de production et du choix déchirant lorsque vient le temps de les insérer – ou pas – dans notre formation hebdomadaire du Jeu Fantasy. Rien ne vous empêche de les choisir – ils sont tout de même des choix judicieux —, mais ce ne sont pas nécessairement des valeurs sûres.

Matt Nichols semblait pouvoir se tailler une place dans le premier tiers. Il enregistre régulièrement 300 verges de gain et plusieurs passes de touché par match. Néanmoins, sa blessure à la main, en fin de saison 2017, l’a ralenti considérablement. Il faudra voir à quel point Nichols s’est remis de cette blessure à l’ouverture de la saison 2018. L’ajout du receveur Adarius Bowman pourra l’aider à afficher de bonnes statistiques et ainsi marquer des points au Jeu Fantasy, mais Bowman traine souvent, aussi, quelques blessures. Beaucoup de cibles de choix seront à la disposition de Nichols cette saison, mais Dressler, Bowman et Harris sont des trentenaires et la relève tarde à se lever à Winnipeg. Le match de la Coupe Grey ne sera pas facile à atteindre.

La blessure subie par Matt Nichols change le portrait des quarts dans le Jeu Fantasy (Matt Smith/LCF.ca)

Ricky Ray a été constant tel un métronome en ce qui a trait aux verges de gain par la passe, l’an dernier. Ce sont les passes de touché qui n’étaient pas au rendez-vous pour le gagnant de la 105e Coupe Grey. Il a terminé la saison 2017 avec un total de 28 passes de touché, mais 13 d’entre elles sont survenues en seulement quatre matchs. L’autre point faible qui le rendra moins fiable aux yeux des joueurs du Jeu Fantasy est son manque de mobilité pour aller chercher les verges au sol. Cet aspect peut vraiment faire la différence sur son total de points cumulés au Jeu Fantasy, chaque semaine.

Zach Collaros pourrait bien vivre une saison de rêve avec les Riders, cette saison. La Saskatchewan a mené la Ligue, l’an dernier, pour les touchés par la voie des airs. Collaros a déjà démontré qu’il peut cumuler en moyenne 300 verges par la passe et deux passes de touché par match. Et s’il redevient le joueur de 2016, il pourrait être une étoile du Jeu Fantasy avec les Duron Carter, les Naaman Rosevelt, les Chad Owens et les Bakari Grant qui seront des cibles de choix, en 2018, eux qui sont capables d’atteindre les 1000 verges de gain par la passe. Sinon, Brandon Bridge sera le partant vers la mi-saison.

Les As partants

Bo Levi Mitchell remporte beaucoup de matchs de football. Malheureusement, les « victoires du quart » ne donnent pas de point au Jeu Fantasy. Mitchell a tenté plus de 100 passes de plus que Reilly et Ray, et plus de 20 passes de plus que Nichols et Harris (les deux étant blessés plus souvent qu’à leur tour), lors de la saison 2017. De plus, il y a du talent à revendre chez le groupe de receveurs des Stamps, incluant Kamar Jorden, DaVaris Daniels, Marken Michel et Reggie Begelton, mais la défense et les unités spéciales des Stampeders ont marqué tellement de touchés, en 2017, que le travail de Mitchell se transformait souvent en gestion de possession afin d’éviter les revirements. Si son prix baisse considérablement et que la confrontation semble en voie de le voir dominer, l’intégrer dans votre formation du Jeu Fantasy pourrait être intéressant.

Ayant remporté le titre de joueur par excellence de la LCF en 2016, Bo Levi Mitchell devra à nouveau gagner la confiance des joueurs du Jeu Fantasy en 2018 (Matt Smith/LCF.ca)

Les choix risqués

Dans le bas de l’échelle se retrouvent quelques gars en quête de rédemption. Les Alouettes et les Lions espèrent que leurs quarts respectifs seront en mesure de faire rebondir leurs formations. Ce sont donc des choix risqués pour les joueurs du Jeu Fantasy.

Jonathon Jennings peut, s’il le veut bien, être un quart dominant tel Reilly ou Masoli. Il a un bras puissant et il est très mobile, mais les revirements ont considérablement ralenti sa production. Il est difficile de cumuler les points au Jeu Fantasy quand nos passes tombent dans les mains des joueurs de la formation adverse. Les départs de Chris Williams et de Nick Moore restreignent ses cibles de choix. Il devra devenir un quart constant s’il veut être choisi par les joueurs du Jeu Fantasy.

Même son de cloche pour les quarts des Alouettes. Josh Freeman a finalement décidé de prendre sa retraite du football professionnel, et ce, pendant le camp d’entraînement des Als. Est-ce que Drew Willy et Matthew Shiltz seront à la hauteur? En tout cas, à moins de la venue surprise d’un autre quart expérimenté de la NFL dans la métropole québécoise, Willy ou Shiltz seront partants pour les Alouettes. Plusieurs verraient Shiltz être le choix naturel pour le poste de partant, alors que Willy est somme toute voué à être un excellent second violon. Mais si Shiltz s’avère être le choix de l’état major des Als pour amorcer la saison, est-ce que les joueurs du Jeu Fantasy devraient l’insérer dans leur formation? C’est un pensez-y bien…

Les plans « B »

Cette liste de pivots ne contient pas de quarts qui amorceront la saison 2018 comme partants, mais Brandon Bridge, Johnny Manziel, James Franklin et Travis Lulay pourraient devenir de valeureux plan « B ». Alors que Franklin ne jouera que si Ray se blesse, Bridge et Lulay pourraient devenir des partants plus tôt que prévu si Collaros et Jennings ne livrent pas la marchandise rapidement.

De son côté, Manziel a beaucoup de caméras autour de lui, mais il faudra que Masoli trébuche considérablement pour qu’on lui ouvre la porte du poste de partant. Son excellente saison universitaire de 2013, où il a cumulé 4119 verges de gain par la voie des airs, 759 verges au sol et 9 touchés par la course, peut certainement faire rêver les joueurs du Jeu Fantasy. Toutefois, la saison 2018 ne sera pas celle de Manziel.