11 juin 2018

Spencer et Banks au sommet des meilleurs receveurs du circuit

Arthur Ward/LCF.ca

TORONTO – Au Jeu Fantasy, il est toujours plus simple de choisir le bon quart-arrière et le bon demi offensif pour notre formation hebdomadaire, que de flairer qui des receveurs à notre disposition sera le plus dominant, semaine après semaine. Il n’y a qu’une demi-douzaine de quarts et de demis offensifs qui valent la peine d’être insérés dans notre formation du Jeu Fantasy, et ce, dans toute la Ligue canadienne de football (LCF), chaque semaine, alors que pour les receveurs, il y a une demi-douzaine de choix dans chaque formation de la LCF. Ouf! Votre capacité à séparer les hommes des enfants, dans cette catégorie de joueurs, sera essentielle à votre succès.

Les valeurs sûres

En début de saison, les deux meilleurs receveurs – et les plus dispendieux – arrivant au haut de la liste du Jeu Fantasy ne le sont pas simplement pour leurs prouesses d’attrapeurs ou pour leur habileté à transformer des jeux en touchés importants, mais aussi pour leur capacité à retourner des bottés de dégagement et d’envoi. Brandon Banks et Diontae Spencer ont été fumants lors de la seconde moitié de la saison 2017 et continueront d’être des valeurs sûres, encore cette année. Au cours des 10 dernières semaines de la saison régulière 2017, Banks a été ciblé en moyenne 8,6 fois par match, convertissant ces occasions en huit touchés. Même son de cloche pour Spencer qui a vu son rôle de receveur s’accroître, lui qui a été ciblé en moyenne 7,6 fois dans les 10 derniers matchs de 2017, convertissant le tout en cinq touchés. Il vous les faudra dans vos formations du Jeu Fantasy!


» JEU FANTASY : Composez votre équipe de rêve et courez la chance de remporter 10 000 $!


Le coéquipier de Spencer, Greg Ellingson, n’est pas un spécialiste des unités spéciales, mais il est définitivement un expert de l’attaque aérienne. L’an dernier, il a été la cible de son quart-arrière 143 fois, maintenant une moyenne de 15,2 verges de gain par réceptions. Il peut marqué un touché sur presque tous les tracés qu’il entreprend et Trevor Harris le cherchera constamment sur le terrain, encore une fois, cette année.

Les départs de Brandon Zylstra et de Adarius Bowman des Eskimos d’Edmonton feront en sorte que 205 cibles devront être redistribuées, en 2018. Après son retour de la NFL, à la mi-saison 2017, le receveur Derel Walker est devenu une force pour les Esks. Il sera définitivement la cible numéro un de Mike Reilley, cette saison. En seulement huit matchs en 2017, Walker a été ciblé 71 fois, ce qui a été la plus grande charge de travail de la LCF.

Naaman Roosevelt vous fera vous poser le plus grand nombre de questions de tous les receveurs de la catégorie « valeurs sûres », alors qu’il a connu des difficultés, l’an dernier, dues à des blessures. Il devra aussi se familiariser avec son nouveau quart Zach Collaros. Roosevelt n’a participé qu’à seulement 14 matchs, l’an dernier, mais sa moyenne de 7,4 cibles par match, ainsi que son flair dans la zone des buts (huit touchés), fait de lui un joueur à considérer, chaque semaine, pour votre formation du Jeu Fantasy. Il ne faut pas oublier que les Roughriders de la Saskatchewan ont mené la LCF, en 2017, au chapitre des touchés par la passe, avec 35.

Les bons choix

Le prochain groupe de receveurs ne se retrouve pas si loin du groupe des valeurs sûres, mais n’est pas aussi constant. Ces receveurs ont assurément beaucoup de talent et sont très opportunistes, mais les sélectionner lors de la bonne semaine, fera toute la différence.

Lors de la fin de saison 2016, Kamar Jorden était considéré comme le receveur numéro un des Stampeders de Calgary, mais les blessures l’ont rattrapé, lui qui n’a joué que 10 matchs en 2017. Lors de ces 10 rencontres, il a été ciblé en moyenne 8,2 fois par matchs. Avec Marquay McDaniel à la retraite, il devra certainement être considéré comme le receveur numéro un, à Calgary. Parions que le quart Bo Levi Mitchell cherchera à le repérer souvent sur le terrain, en 2018. Espérons pour vous, joueurs du Jeu Fantasy, qu’il demeurera en santé.

Kamar Jorden a eu la main heureuse en 2017, marquant sept touchés en seulement 10 rencontres (La Presse Canadienne)

Même son de cloche pour Darvin Adams, lui qui a été limité à 14 rencontres en 2017, mais qui a eu plusieurs occasions de contribuer en attaque, étant ciblé en moyenne 8,2 fois par matchs et cumulant sept touchés. L’ajout de Adarius Bowman à la brigade offensive des Bombers devrait l’aider – ainsi que son coéquipier Weston Dressler — à moins attirer l’attention des défenses adverses afin qu’il puisse être encore plus explosif, cette saison. Dressler peut faire les mêmes dommages que Adams, mais est généralement moins utilisé que ce dernier.

Le duo de receveurs des Lions, Bryan Burham et Emmanuel Arceneaux, sera beaucoup plus occupé, cette saison, puisque Nick Moore et Chris Williams ne sont plus là. Burham est devenu l’un des receveurs les plus efficaces de la LCF, depuis les deux dernières saisons, lui pour qui les touchés sont devenus routiniers. Arceneaux, quant à lui, est devenu un receveur qui attrape de plus en plus de courtes passes. Mais est-ce que le quart Jonathon Jennings pourra les faire briller cette saison?

À Hamilton, beaucoup d’attention est portée sur Brandon Banks. Et avec raison! Mais il ne faudrait surtout pas oublier Jalen Saunders et Luke Tasker, eux qui ont cumulé 1000 verges de gain sur des réceptions, en 2017. Bien sûr, Banks, Saunders et Tasker n’auront pas 100 verges de gain et un touché chaque semaine. Il sera donc nécessaire pour vous de bien les sélectionner selon la confrontation hebdomadaire. Et si Terrence Toliver revient en santé pour les Ticats, le casse-tête des receveurs à sélectionner chez les Tiger-Cats ne sera que plus difficile. Mais avouez que c’est un beau problème…

Les Argonauts ont terminé deuxièmes, la saison dernière, au chapitre du pourcentage de jeux aérien, avec 70 %, tout juste derrière les Ticats (71 %). S.J. Green et Armanti Edwards étaient donc des choix judicieux, chaque semaine, pour les joueurs du Jeu Fantasy. Le départ de DeVier Posey leur donnera encore plus de place dans la zone payante, cette saison. L’an dernier, Green a démontré qu’il n’a pas terminé de briller, lui qui a fini la saison avec 104 attrapés pour 1462 verges de gain et 10 touchés. À 33 ans, pourra-t-il répéter la même performance, en 2018?

L’âge de S.J. Green pourrait effrayer certains joueurs du Jeu Fantasy cette année (La Presse Canadienne)

Chad Owens des Riders est sauté sur le terrain pour les trois derniers matchs de la saison 2017, mais il a été ciblé en moyenne huit fois par matchs, le plaçant au centre de l’attaque saskatchewannaise. Le retour de Naaman Roosevelt et la charge de travail qu’a, habituellement, Duron Carter, limiteront peut-être le labeur de Owens, cette saison. Mais il a la vitesse et les mains pour dominer en toute occasion.

Les As partants

Tous les joueurs de ce groupe sont de brillants receveurs, mais beaucoup de questions se posent quant à leurs performances, en vue de la saison 2018 de la LCF. Ils sont certainement à considérer, chaque semaine, pour vos formations du Jeu Fantasy.

Duron Carter est certainement l’un des meilleurs receveurs de la Ligue. S’il ne jouait qu’à cette position, il serait assurément dans le groupe des valeurs sûres. Toutefois, à la mi-saison 2017, il a commencé à jouer sur la tertiaire, en défense, ce qui a limité son travail en attaque. Alors que plusieurs joueurs du Jeu Fantasy espéraient que Carter revienne rapidement 100 % en attaque, l’expérience défensive a été prolongée pour le reste de la saison. De plus, Carter s’entraîne actuellement à la position de demi défensif lors du camp d’entraînement 2018. N’ayant pas un rôle clair en attaque, Duron Carter sera un choix difficile et déchirant, semaine après semaine, pour les joueurs du Jeu Fantasy. Son potentiel est immense, mais le risque de le voir que sur la tertiaire l’est tout autant.

Un autre héros obscur chez les Riders, Bakari Grant, lui qui a silencieusement cumulé 1000 verges de gain, l’an dernier, sera a considéré. Il a été ciblé 113 fois en 2017 par Kevin Glenn et Brandon Bridge, alors il est judicieux de croire qu’il sera utilisé de la même façon, en 2018, et ce, peu importe le quart partant.

Brad Sinopoli n’est pas aussi étincelant qu’Ellingson et Spencer, mais sa constance est légendaire. Il a une moyenne de 11,1 verges de gain par réceptions contrairement aux valeurs sûres qui eux cumulent une moyenne de 14 à 15 verges par réceptions, mais, encore une fois, sa constance fait en sorte qu’il faudra considérer l’insérer dans votre formation du Jeu Fantasy.

Brad Sinopoli n’est peut-être pas aussi étincelant que ses coéquipiers chez le ROUGE et NOIR, mais sa production est toujours constante (Johany Jutras/LCF.ca)

La défense des Stamps a été si dominante en 2017 que les receveurs de la troupe de Dave Dickenson n’avaient pas à performer à un haut niveau, laissant les joueurs du Jeu Fantasy sur leur faim, tout au long de la saison. Les changements en défense, lors de la saison morte, jumelée au départ de Marquay McDaniel, laisseront plus de place à l’attaque et donneront plus de travail aux receveurs DaVaris Daniels et Marken Michel. Daniels a une moyenne en carrière de 16,6 verges de gain par attrapés, alors que Michel a maintenu une moyenne de 18,6 verges par attrapés, lors de sa saison recrue. Si ces deux receveurs sont utilisés de façon significative, en 2018, vous devriez les considérer pour vos formations du Jeu Fantasy.

Derel Walker est devenu le receveur numéro un des Eskimos, mais Reilly ciblera également énormément D’Haquille Williams, Bryant Mitchell et Vidal Hazelton. Chacun d’eux a connu de forts matchs, l’an dernier, alors qu’Edmonton croulait sous les blessures. Mitchell devrait être un partant, mais Williams est le plus talentueux du groupe. Pourra-t-il contribuer à la hauteur de Zylstra et Bowman?

Un changement de paysage, après avoir connu une année de blessures, est peut-être ce qu’il fallait à Adarius Bowman afin d’espérer rebondir en 2018. À Winnipeg, il sera une cible principale, puisque la profondeur du groupe de receveurs des Bombers est limitée. L’an dernier, sa moyenne de verges de gain par réception a considérablement diminué et, cette année, il n’atteindra pas nécessairement les 150 à 180 cibles d’antan, alors il ne faut pas s’emballer trop rapidement dans son cas. Son nouveau coéquipier, Reuben Randle est une recrue de la LCF, mais un vétéran de la NFL, lui qui a joué avec les Giants, les Eagles et les Bears de 2012 à 2017. Il est très rapide, lui qui court la distance de 40 verges en 4,3 secondes. Il pourrait être une belle surprise au Jeu Fantasy, cette saison.

Avec sa nouvelle équipe, Adarius Bowman espère reproduire ses performances de 2016 (La Presse Canadienne)

À Montréal, le groupe de receveurs sera-t-il à considérer? Bien que B.J. Cunningham, Ernest Jackson et Chris Williams aient prouvé qu’ils ont la capacité de performer à un haut niveau, au Jeu Fantasy, l’inconstance des quarts des Alouettes, année après année, limite la valeur de ceux-ci. Qui de Drew Willy ou de Matthew Shiltz pourra relancer cette attaque? Si le nouvel entraîneur-chef des Als, Mike Sherman, peut être en mesure de redonner une identité à l’unité offensive des Alouettes, Cunningham, Jackson et Williams pourraient connaître d’extraordinaires saisons.

Les choix risqués

Chacun de ces receveurs a connu quelques gros matchs dans le passé, mais les blessures et les nombreux rendez-vous manqués font d’eux des choix risqués pour les joueurs du Jeu Fantasy.

Ricky Collins Jr. a été la coqueluche du début de saison 2016 pour les joueurs du Jeu Fantasy, avec une performance de 115 verges et un touché. Toutefois, les blessures l’ont souvent rendu hors d’usage, malheureusement. Il aura une chance de se faire valoir en Colombie-Britannique, cette année, avec le manque de profondeur des Lions, du côté des receveurs.

Nic Demski a connu le même sort en Saskatchewan, alors qu’il cumulait les blessures. Avec un retour à Winnipeg, cette année, il espère avoir la chance de démontrer son utilité avec les Bombers. S’il est utilisé autant en attaque qu’en retour de botté, il aura une belle valeur au Jeu Fantasy 2018.

Les plans « B »

Chaque saison, des joueurs émergent de nulle part. Keevan Lucas des Eskimos et Kenny Lawler des Lions sont des recrues qui ne contribueront pas nécessairement dès cette année en attaque pour leur formation respective, mais ils ont certainement le talent pour le faire. Lucas est un receveur naturel qui peut jouer dans la circulation. Lors de sa dernière saison universitaire, il a cumulé 81 attrapés pour 1180 verges de gain et 15 touchés en seulement 13 rencontres. Lawler n’a pas été aussi impressionnant lors de son séjour universitaire, mais il a le potentiel de produire de belles choses en attaque pour les Lions. Les deux joueurs seraient des prises risquées pour vos formations du Jeu Fantasy, en début de saison 2018, mais pour la suite… Qui sait?