12 décembre 2018

Un mot de Randy : Place à la LCF 2.0

LCF.ca

Je discute avec des partisanes et des partisans de la LCF tous les jours. C’est l’une des parties les plus agréables de mon travail. Mais il y a toujours une phrase qu’elles ou qu’ils prononcent qui me fait froncer les sourcils.

Souvent, elle ou il amorcera sa phrase par : « Je suis seulement une partisane/un partisan, mais… »

Seulement une partisane? Seulement un partisan? Il n’y a rien de plus faux dans ces énoncés. Les partisanes et les partisans sont les gens les plus importants pour la LCF.

Je suis très reconnaissant envers le conseil des gouverneurs de notre ligue pour cette opportunité. Je suis honoré de connaître nos joueurs. Je suis impressionné par le travail effectué par nos entraîneurs, nos directeurs généraux et nos employés des opérations football.

Mais ce sont les partisanes et les partisans qui rendent possible ce que chacun de ces groupes accomplit. Vous payez nos salaires. Vous nous encouragez. Vous justifiez notre travail. Nous avons l’obligation d’être proactifs et ouverts afin de vous garder à l’affût.

Notre plan stratégique, que j’ai récemment partagé avec notre conseil des gouverneurs, est un bon exemple. J’aimerais discuter de certains points importants avec vous, les partisanes et les partisans de la LCF.

Il s’agit de notre vision pour ce que j’appelle la LCF 2.0. Je l’appelle ainsi pour une raison : si Apple avait arrêté de développer des téléphones après la sortie du premier iPhone, je ne m’en voudrais pas autant aujourd’hui de ne pas avoir acheté d’actions de la compagnie il y a 20 ans. La LCF, comme toute bonne entreprise ou comme toutes les autres ligues, doit évoluer. Elle doit devenir plus grosse, meilleure, et plus forte.

La LCF 2.0 compte quatre principaux piliers : l’excellence des opérations, une présence internationale, des stratégies régionales en fonction des marchés et la participation au football.

Voici un résumé de chacun d’entre eux :

L’excellence des opérations est un beau terme pour regrouper tout ce que les partisanes et les partisans me disent dans les stades, au téléphone, par courriel ou par courrier. Grossièrement, comment pouvons-nous améliorer tout ce que nous faisons?

On peut augmenter le nombre de billets vendus grâce à des programmes nationaux, comme les matchs des Journées famille, ou les concerts lors des parties disputées le jeudi soir.

On peut utiliser les données et les tableaux de bord pour comprendre ce que chacune et chacun d’entre vous préfèrent – et pour satisfaire vos attentes.

On peut rendre les jours de matchs encore plus agréables, en assurant que tout le monde – des enfants aux familles, en passant par les fameux millénaux et les détenteurs d’abonnements de saison les plus aguerris – ait du plaisir.

On peut s’assurer que notre produit, le merveilleux sport qu’est le football canadien, soit encore plus rapide et divertissant.

Quand je parle d’augmenter notre présence à l’international, je parle de construire des liens avec les quelque 30 autres pays dans le monde, à l’extérieur de l’Amérique du Nord, où l’on joue au football.

Je parle d’aider ces ligues, certaines fermement établies et d’autres qui voient à peine le jour, à grandir et à se développer en partageant les expériences de nos entraîneurs, de nos officiels et de nos employés.

Le tout pourrait se refléter en invitant les meilleurs joueurs du monde, à l’exception de ceux des États-Unis et du Canada, à venir jouer dans la LCF.

Et ça pourrait aussi dire de jumeler les clubs de la LCF avec des clubs de partout dans le monde.

Selon moi, plus nous partageons la LCF avec le reste du monde, et plus le monde vient à s’intéresser à la LCF, plus nous avons de chance d’augmenter notre base de partisanes et de partisans à l’extérieur de notre pays, mais aussi chez les Canadiennes et les Canadiens qui ont une vision globale sans cesse grandissante du monde du sport et du divertissement.

Les ligues qui connaissent le plus de succès dans le monde ont une stratégie à l’international. Les entreprises les plus innovantes voient le globe en entier comme leur marché. Il est temps que la LCF cesse d’être la petite ligue préférée de tous et qu’elle s’établisse, à juste titre, parmi les plus fructueuses et les plus innovantes au monde.

Tous les sondages le prouvent : la perception du Canada, dans le monde, est incomparable. Existe-t-il un meilleur moment pour percer audacieusement le marché mondial?

Quand je dis qu’il faut développer de meilleures stratégies, ici, au Canada, je veux dire quelque chose de tout simple, mais en même temps de très complexe : une stratégie unique ne convient pas à tous!

Pendant des années, la LCF s’est mise en marché de la même manière dans tous les coins du pays.

Des slogans comme « Notre ligue. Notre football. » ont connu du succès dans des villes comme Regina, Winnipeg et Hamilton. Mais ils ont connu un succès mitigé dans les plus grandes villes, comme Toronto et Vancouver. Et, au Québec, en raison de son histoire et sa culture unique, ils n’ont jamais vraiment connu de succès.

Nous devons développer des stratégies marketing plus ciblées qui, sans être identiques, se complètent mutuellement. Au moment d’écrire ces lignes, je rencontre certaines des têtes de football les plus influentes du Québec, pour mieux comprendre ce marché.

J’essaie aussi de déterminer comment nous pouvons nous associer, et comment nous pouvons apprendre, au football amateur, en pleine effervescence, au sein de cette province.

Ce qui m’amène au dernier pilier : augmenter la participation au football chez les jeunes est absolument crucial pour garnir notre banque de futurs joueurs, mais aussi de futurs partisanes et partisans.

Pour y arriver, nous devons changer l’image du football. Nous devons mettre l’accent sur le fait que des techniques de contact sécuritaire sont enseignées et apprises aujourd’hui. Nous devons mettre l’accent sur le fait qu’il existe de merveilleuses alternatives au football avec contact pour les jeunes et les moins jeunes, pour les femmes et les hommes, comme le flag-football.

Nous devons clamer haut et fort que notre sport est bon pour la promotion de l’activité physique, qu’il enseigne des valeurs comme le travail d’équipe et la discipline, et qu’il est agréable à jouer – sans oublier son aspect social.

Bon nombre de nos clubs font un travail remarquable pour financer et appuyer le football amateur. Cette année, nous continuerons de faire croître notre programme de flag-football de la LCF/NFL. Mais il y a tant d’autres choses à faire.

Et nos partisanes et nos partisans ont un rôle important à jouer.

Vous pouvez continuer de nous donner vos commentaires et nous soumettre vos idées. Vous pouvez nous dire ce que vous aimez, et ce que vous n’aimez pas, à propos de notre sport et de nos expériences les jours de match.

Vous pouvez en toute confiance adhérer à l’idée que nous pouvons faire équipe avec d’autres ligues de football du monde entier sans mettre en péril notre identité unique. Vous pouvez partager avec nous la perception de votre marché : faites-nous savoir ce que vous pensez qui, selon vous, permettrait d’attirer votre famille et vos amis à un match de la LCF. Et vous pouvez défendre notre sport et encourager les plus jeunes à sortir et à jouer au football, qu’il s’agisse de football avec contacts, de touch-football ou de flag-football, ou tout simplement de lancer un ballon.

Dans la LCF, nos partisanes et nos partisans sont numéro un, ce qui fait de vous des actrices et des acteurs importants de la LFC 2.0.