Repêchage
Tour
-
6 mai 2019

Lions : Un repêchage influencé par les changements au cours de la saison morte

Johany Jutras/LCF.ca

VANCOUVER – Quand Ed Hervey a mis la main sur le quart-arrière Mike Reilly – le joueur le plus convoité sur le marché des joueurs autonomes en février –, il savait que le tout allait avoir des répercussions sur l’ensemble de la formation des Lions de la Colombie-Britannique.

Les Lions verseront à Reilly environ 725 000 $ par campagne au cours des quatre prochaines saisons. Il fallait donc faire de la place pour lui sous le plafond salarial de 5,20 millions de dollars.

« Tu prends à Peter et tu paies Mike », avait dit Hervey à la blague l’hiver dernier.

Mais à sa deuxième année en Colombie-Britannique, Hervey n’avait pas encore terminé. Parmi les autres joueurs autonomes qui poursuivront leur carrière sur la côte ouest, on retrouve le joueur de ligne offensive Sukhn Chungh, les receveurs Duron Carter et Lemar Durant, le demi offensif John White, le demi défensif Aaron Grymes et les secondeurs Terrell Davis et Maleki Harris.

Chaque ajout avait un coût.

Le plus gros changement chez les Lions cet hiver a été la mise sous contrat de Mike Reilly (La Presse Canadienne)

« Il faut faire des sacrifices si vous voulez être les meilleurs », a dit Hervey. « Ça veut dire que certains visages familiers ne seront plus des nôtres. »

Parmi ces visages familiers ayant quitté les Lions, on retrouve le quart-arrière Travis Lulay, le joueur par excellence de la Ligue en 2011, et Jovan Olafioye, le joueur de ligne offensive par excellence du circuit en 2012; les deux joueurs ont choisi la retraite. Le secondeur Solomon Elimimian, le joueur par excellence de la LCF en 2014 et le joueur défensif par excellence de la Ligue à deux reprises, a été libéré, ainsi que neuf autres joueurs, le 30 avril.

D’autres joueurs n’ont pris aucune chance et ont quitté le navire avant d’être jeté à l’eau : le quart-arrière Jonathon Jennings, les receveurs Emmanuel Arceneaux et DeVier Posey et le secondeur Micah Awe.

Où certains partisans des Lions voient des brèches à colmater, Hervey voit la chance pour de nouveaux joueurs de prouver ce qu’ils peuvent faire.

« Il y a une opportunité au sein de cette équipe avec les joueurs que nous avons perdus sur le marché des joueurs autonomes », a dit Hervey.

Pour respirer un peu mieux financièrement, les Lions étaient prêts à sacrifier certains de leurs joueurs évoluant avant tout sur les unités spéciales. Des joueurs comme les secondeurs Bo Lokombo et Dyshawn Davies ou comme le joueur de ligne défensive comme Ivan McLenna ont signé des contrats en tant que joueurs autonomes avec d’autres formations. D’autres, comme le spécialiste des longues remises Mike Benson, ont été libérés.

« Nous avions plusieurs joueurs au sein de nos unités spéciales qui, selon nous, empochaient de trop gros salaires », a dit Hervey. « S’ils n’étaient pas partants, ou s’ils ne pouvaient pas changer le ratio en tant que partants, nous devions réévaluer où nous voulions allouer ces ressources. »

Ce qui explique certains choix effectués par les Lions lors du repêchage de la LCF jeudi passé.

« Nous jugions que, sur les unités spéciales, le temps était venu de nous rajeunir, le temps était venu de développer de nouveaux joueurs », a dit Hervey. « Au repêchage, nous voulions trouver des joueurs avec certaines habiletés, puis nous voulions leur donner du temps pour se développer. »

« Nous voulions ajouter la profondeur à notre formation, plutôt que d’être dans une position où nous payons jusqu’à 130 000 $ pour des joueurs n’embarquant sur le terrain que quatre ou cinq fois par match. »

Le premier choix de la Colombie-Britannique fut le septième choix du troisième tour; les Lions ont choisi le secondeur Noah Robinson au 26e rang au total. Originaire de Barrie, en Ontario, le joueur de six pieds quatre pouces et de 230 livres a évolué avec l’Université de Memphis et avec l’Université du Missouri au cours des dernières années.

« Il répond à un besoin à la position de secondeur », a dit Hervey. « Nous sentions que nous devions nous grossir à cette position. »

« Nous pensions qu’il allait être très convoité. Nous n’avions qu’un choix de troisième tour… Il faisait partie de notre top 25. Nous avons été chanceux de le repêcher au troisième tour. »

Hakeem Johnson rejoint son frère Shaq chez les Lions après avoir été choisi lors du repêchage de jeudi dernier (Johany Jutras/LCF.ca)

Alors que Robinson est destiné à jouer sur les unités spéciales, rien ne l’empêche de lutter pour un rôle de substitut derrière Jordan Herdman.

« L’opportunité est là pour lui », a dit Hervey. « Il aura la chance de venir ici et de contribuer sur les unités spéciales. Nous croyons que c’est ce qu’il peut nous donner pour l’instant. »

Avec leur choix suivant, les Lions ont choisi Hakeem Johnson au 33e rang, un demi défensif de six pieds un pouce et de 191 livres de l’Université Western.

« Nous aimions ses habiletés, son côté athlétique », a dit Hervey. « Il est capable de couvrir beaucoup d’espace. Nous voulions ajouter de la profondeur à notre tertiaire. »

« Nous avions besoin d’un joueur pouvant faire la navette entre demi de coin et maraudeur. »

Mettre sous contrat des joueurs autonomes peut être une solution immédiate. En écrivant un chèque, un directeur général peut améliorer son équipe.

Repêcher un joueur est plutôt une solution à long terme.

« Vous espérez que le repêchage puisse vous offrir de la profondeur pour plusieurs années », a dit Hervey. « Ma philosophie a toujours été qu’en embauchant un joueur autonome, vous obtenez un joueur qui peut vous aider immédiatement. Vous ne vous attendez pas à ce qu’un joueur que vous repêchez puisse venir vous donner tout de suite un coup de main. »

« Parfois ils le peuvent, et parfois non. Mais vous ne pouvez pas que vous fier là-dessus. Les vétérans que vous connaissez peuvent faire le pont en attendant que les espoirs sélectionnés lors du repêchage soient prêts. Il faut aussi que le joueur soit prêt à se développer et à travailler. »

Avec leurs autres choix, les Lions ont opté pour Jonathan Harke, un joueur de ligne offensive de l’Université de l’Alberta (42e au total), Charles Nwoye, un joueur de ligne défensive ayant évolué avec l’Université de la Colombie-Britannique (49e au total), Mario Villamizar, un centre-arrière de l’Université Wilfrid Laurier (51e au total), Brad Lyons, un joueur de ligne défensive de l’Université Simon Fraser (60e au total), et Jamel Lyles, un demi offensif de l’Université du Manitoba (69e au total).

D’après un article de Jim Morris publié sur CFL.ca.