25 juillet 2019

De belles surprises derrière le centre, en 2019

Arthur Ward/CFL.ca

TORONTO – Depuis six semaines dans la Ligue canadienne de football (LCF), le carrousel des quarts a été vigoureux.

Parmi les neuf quarts qui ont amorcé la saison 2019, seulement quatre seront à leur poste, en cette semaine 7.

En regardant sur la liste des joueurs blessés pour six matchs, vous y trouverez le quart des Riders Zach Collaros, celui des Stamps Bo Levi Mitchell et le pivot des Argos James Franklin. Antonio Pipkin des Alouettes est sur la liste des joueurs blessés pour un match et le quart du ROUGE et NOIR Dominique Davis ratera une deuxième rencontre d’affilée.

Ce n’est pas inhabituel que de voir les quarts numéro un se blesser. Ce qui est toutefois différent, cette saison, c’est de voir tous ces substituts prendre le taureau par les cornes en leur absence.

« Nous sommes en train de découvrir de nouveaux noms cette saison, au poste de quart-arrière », dit Travis Lulay, l’ancien quart des Lions.

« C’est très spécial de voir tous ces gars élever leur jeu d’un cran, à ce stade-ci de la campagne. Des gars que nous ne nous attendions pas de voir du tout, aussi tôt dans la saison. »

Après trois jeux, Collaros n’était plus, lors du premier match des Roughriders, face aux Tiger-Cats, à Hamilton, lui qui souffre d’une commotion cérébrale après avoir reçu un coup à la tête de la part de Simoni Lawrence. Depuis ce temps, Cody Fajardo a complété 86 de ses 120 passes pour 1223 verges, six touchés et quatre interceptions pour les Riders (2-3).

Nick Arbuckle a obtenu un départ digne des films américains, cette saison.

Les Stampeders tiraient de l’arrière par 11 points face aux Lions avec moins de trois minutes à faire à la rencontre lorsque Mitchell a quitté la partie avec une blessure à l’épaule et aux pectoraux. Arbuckle a pris les choses en main, complétant neuf de ses neuf passes tentées pour 93 verges et deux touchés, menant sa formation à la victoire.

En trois départs cette saison, Arbuckle est 63-en-92 pour 821 verges, quatre touchés et deux interceptions pour les Stamps (3-2).

Depuis le début de la saison, Cody Fajardo a complété 86 de ses 120 passes pour 1223 verges, six touchés et quatre interceptions pour les Riders (La Presse Canadienne).

Fajardo, 27 ans, a joué son football universitaire à l’Université du Dakota. Il a passé deux saisons avec les Argonauts – où il a appris du grand Ricky Ray et a remporté la Coupe Grey en 2017 – et une saison avec les Lions, là où il s’est entraîné avec Lulay et Jonathon Jennings.

Le temps passé à Toronto et à Vancouver l’a aidé à définir ses habiletés.

« Ç’a été une très bonne chose pour lui, tout ce temps passé dans cette Ligue », explique Lulay. « Il a pu constater toute l’ampleur d’être un quart partant. »

Arbuckle, 25 ans, a évolué à Georgia State, lui qui a participé au camp d’entraînement des Lions sans recevoir d’offre, par la suite. Il s’est entendu avec les Stampeders en 2017 et est devenu le quart substitut, lorsque Andrew Buckley a pris sa retraite.

En six parties, l’an dernier, il a été 17-en-25 pour 144 verges et un touché. Faisant partie de la formation de Calgary qui a remporté la Coupe Grey en 2018, il a appris au côté du joueur par excellence de la LCF de la même année, Bo Levi Mitchell.

Ces deux jeunes quarts ont démontré qu’ils avaient ce qu’il fallait pour jouer dans cette Ligue. Lulay explique qu’ils ont aussi été aidés par les coordonnateurs offensifs qu’ils ont croisés sur leurs chemins respectifs, eux qui leur ont dessiné des schémas d’attaque à leur image.

« Les entraîneurs qui font attention à tous ces petits détails donnent plus de chances à leurs athlètes de réussir », dit Lulay. « Il y a des façons de protéger les joueurs, lors de certains jeux, afin de préserver leur confiance qui est souvent fragile en début de carrière. »

L’entraîneur-chef des Stamps est aussi le coordonnateur offensif de la formation. Stephen McAdoo est l’entraîneur adjoint des Riders, en plus d’être le coordonnateur offensif.

Après avoir évolué comme substituts, Fajardo et Arbuckle démontrent qu’ils pourraient très bien être des quarts partants.

À Montréal, Vernon Adams Jr. est en train de sauver sa carrière.

Les Alouettes viennent tout juste de remporter trois victoires consécutives. Durant cette séquence, Adams a complété 52 de ses 77 passes pour 720 verges, trois touchés et aucune interception.

Lulay croit que d’avoir l’ancien quart-arrière Khari Jones comme entraîneur-chef et comme coordonnateur offensif est bénéfique pour Adams.

« Il est un joueur qui a connu des hauts et des bas dans la LCF », dit Lulay, en parlant de Adams, lui qui en est à sa quatrième saison dans la LCF. « Il n’a pas été constant dans le passé. »

« Il est à la croisée des chemins. La fenêtre d’opportunités se refermait de plus en plus dans son cas. Mais il a saisi sa chance. »

Au cours des trois derniers matchs, Adams a complété 52 de ses 77 passes pour 720 verges, trois touchés et aucune interception (La Presse Canadienne).

L’un des défis de tout quart qui devient un partant c’est d’acquérir la confiance des vétérans de l’équipe.

« Il faut trouver un moyen de se faire respecter », dit Lulay. « Et vous le faites en étant constant, en demeurant fidèle à ce que vous êtes et en travaillant très fort. »

« Vos coéquipiers vous donneront le bénéfice du doute, mais tant et aussi longtemps que vous ne prouverez pas que vous êtes capable de surmonter les montagnes et de faire face à l’adversité, les autres joueurs ne vous suivront pas. »

Fajardo avait l’air d’un clone de Darian Durant, lorsqu’il a cumulé tout près de 800 verges et quatre touchés en deux matchs pour les Riders. La réalité l’a rattrapé contre Calgary, lorsqu’il n’a pu compléter que neuf de ses 15 passes pour 89 verges et deux interceptions.

Il est revenu en force, la semaine dernière, menant son équipe à un gain de 38-25 contre la Colombie-Britannique, où il a offert une performance de 278 verges de gains, deux touchés et deux interceptions.

« Plus je joue et mieux je me sens », a dit Fajardo, après cette partie. « Je suis toujours jeune en ce qui a trait à mon expérience de match. Mais je crois que je suis un vétéran lorsque vient le temps de comprendre les schémas d’attaque et de défense. »

La Saskatchewan rejouera contre les Lions, samedi prochain, au BC Place.

Du côté de Arbuckle, il voudra rebondir après une performance de 191 verges, deux touchés et deux interceptions, lors de la victoire de 30-20 des siens face à Toronto, la semaine dernière.

« Il faudra que je sois plus efficace et il faudra aussi que j’évite les pertes de terrain », dit-il.

Plus ils joueront et plus ces jeunes quarts se feront bloquer le chemin, alors que les coordonnateurs défensifs ont de plus en plus d’informations à se mettre sous la dent.

Et l’autre gros test survient lorsque le quart numéro un revient au jeu. Comment réagiront-ils? Après avoir été sous les feux de la rampe, ce n’est pas tout le monde qui accepte de reprendre son rôle de soutien.

« Honnêtement, cela dépend de la personnalité du joueur », dit Lulay.

« C’est une situation qui peut être difficile. »

D’après un article de Jim Morris, paru sur CFL.ca