25 juillet 2019

Un duel Bombers c. Ticats à la 107e Coupe Grey? Facile à imaginer…

Johany Jutras/CFL.ca

HAMILTON – Imaginez ce que ça pourrait être… L’histoire pourrait être extraordinaire! Une formation n’ayant pas remporté la Coupe Grey depuis 20 ans affronterait une équipe qui, elle, attend depuis 28 automnes de remporter un championnat.

La semaine 7 de la saison 2019 dans la Ligue canadienne de football (LCF) mettra en vedette un duel attendu. Un duel qui pourrait aussi avoir lieu le 24 novembre prochain, à Calgary. Le match entre les Blue Bombers de Winnipeg et les Tiger-Cats de Hamilton, ce vendredi, nous donnera un avant-goût de ce qui pourrait être tout un événement, en novembre prochain.

Prenons les choses une semaine à la fois. Mais si la saison se terminait aujourd’hui…


 
En ce qui nous concerne, la saison se poursuit et, vendredi soir, Hamilton se mesurera à Winnipeg et personne, sur le terrain, ne pensera à la Coupe Grey.

D’anciens coéquipiers s’affronteront dans ce duel qui s’annonce fort excitant. Un joueur établi, capable de changer l’allure d’un match à lui seul et un nouveau visage de la LCF, pouvant faire exactement la même chose, fouleront le terrain. De plus, deux quarts au premier et au deuxième rang de la Ligue au chapitre des passes de touché se mesureront l’un à l’autre.

Et, plus simplement, les deux meilleures équipes de la Ligue en 2019, chargeant à pleine vitesse l’une vers l’autre, voudront lancer un message, chacune à leur façon.

« C’est ce que tout le monde veut », explique le secondeur des Bombers Adam Bighill. « Nous voulons être mis au défi. Nous voulons être obligés de sortir le meilleur de nous-mêmes. Nous voulons savoir ce que nous valons. »

Et c’est ce qui arrivera sur le Terrain Tim Hortons, vendredi. Deux attaques époustouflantes. Deux défenses à couper le souffle – bien que celle de Winnipeg soit actuellement plus efficace. Deux unités spéciales qui peuvent, à elles seules, clouer le cercueil.

Qui aura l’avantage? Dans ce cas-ci, tout sera une question d’exécution. Mais si nous tenons pour acquis que ces deux formations seront affamées au plus haut point, la préparation sera la clé. L’équipe avec le plan de match le mieux exécuté gagnera la partie.

Jadis, l’entraîneur-chef des Ticats Orlondo Steinauer et l’entraîneur-chef des Bombers Mike O’Shea étaient coéquipiers dans une redoutable défense des Argos, elle qui a permis à la formation de la Ville reine de remporter la Coupe Grey en 2004.

Et ils se rappellent très bien leur temps passé ensemble, lorsque O’Shea jouait comme secondeur, devant Steinauer qui, lui, était maraudeur. Dans cette unité défensive pilotée par Rich Stubler, ces deux joueurs ne se faisaient pas uniquement demander d’exécuter le plan de match, mais aussi de s’assurer que tout le monde sache ce qu’il avait à faire.

Le nouveau venu dans la LCF, Lucky Whitehead, est électrisant depuis le début de la saison (Jason Halstead/CFL.ca).

Le plus vaillant était Steinauer, mais le plus intense était certainement O’Shea. Si Steinauer était le demi défensif rationnel, voire même scientifique, lui qui était en mesure d’anticiper les stratégies des attaques adverses, O’Shea n’était pas moins intelligent sur le terrain.

« Je vois une formation qui est imprégnée de sa philosophie et de son identité », dit Steinauer, lui qui participait à une téléconférence médiatique dans laquelle O’Shea participait également.

Même chose pour Mike O’Shea, lui qui retrouve la façon de penser de son ancien coéquipier à même la défense des Ticats et même de la formation au grand complet.

« Si nous prenions le temps d’analyser la structure organisationnelle des Tiger-Cats, nous y verrions aussi toute l’influence de Steinauer », explique O’Shea. « Il communique ses idées avec tout le monde. »

Nous pouvons donc constater tout le respect qu’ils ont l’un pour l’autre. Mais peut-être craignent-ils tout ce que l’un connaît sur l’autre, en vue de l’affrontement de vendredi soir?

Si une bataille d’instructeurs n’est pas votre tasse de thé, vous pouvez toujours vous pencher sur les deux attaques. Un duel entre Jeremiah Masoli et Matt Nichols sera plus qu’intéressant à regarder.

Et quel duel ce sera! Masoli, un quart créatif — voire même un peu rebelle —, mobile, au bras très puissant et qui n’a probablement jamais été surnommé le « gestionnaire de match » sera confronté à Nichols, un quart relax et qui reste dans la pochette afin de disséquer les défenses adverses.

« Ils jouent du bon football, en équipe », a dit Masoli, cette semaine. « Toutes les facettes du jeu fonctionnent de leur côté. Ce sera un bon défi. Nous avons très hâte de sauter sur le terrain. »

Brandon banks des Tiger-Cats de Hamilton est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière, en 2019 (Johany Jutras/CFL.ca).

Élément décevant. Nous serons privés d’un duel de demis offensifs entre Andrew Harris et Sean Thomas Erlington. Alors que Harris est en santé et prêt à sauter dans la mêlée, Thomas Erlington est toujours sur la touche (genou), et ce, depuis la semaine 4.

Cela ne veut pas dire que nous serons privés d’une bataille royale pour autant. Brandon Banks des Ticats et Lucky Whitehead des Bombers devraient être le plat principal de cet affrontement tant attendu.

Les deux sont de rapides et habiles receveurs. Les deux peuvent marquer de n’importe quelle portion du terrain – incluant les unités spéciales. Banks est la vedette établie, lui qui le dit toujours haut et fort et pour qui les « babines suivent les bottines ». Whitehead sait qu’il est capable de rivaliser avec Banks et nous pouvons être certains qu’il aimerait avoir le meilleur sur son adversaire, devant les partisans de ce dernier.

« Du côté de Lucky, ses attributs physiques sont apparents », dit O’Shea. « Il est aussi très rapide et provoque les erreurs chez l’adversaire. Tout comme Banks. »

« Lucky est un nouveau venu dans la LCF. Il faudra attendre un peu avant de pouvoir faire une comparaison avec Banks. »

Tout à fait « coach » O’Shea, lui qui pèse toujours aussi bien ses mots en public.

Donc, en résumé. Nous avons deux formations qui sont au premier rang de leurs divisions respectives. Deux anciens coéquipiers très cérébraux qui s’affronteront pour la première fois comme entraîneurs-chefs. Une vedette offensive établie et une vedette en devenir.

Vendredi soir aura lieu la partie la plus attendue de la saison, jusqu’à maintenant et, comme mentionné plus haut, un possible prélude de la 107e Coupe Grey, à Calgary, en novembre prochain.

Mais ne parlez surtout pas de tout cela à O’Shea ni à Steinauer. Quelqu’un l’a fait, pendant la téléconférence de cette semaine. Résultat? O’Shea n’a dit mot. Tout comme Steinauer.

Ils n’y pensent tout simplement pas.

Peut-être pas eux, mais tout le monde y pense, ne croyez-vous pas?

D’après un article de Don Landry, paru sur CFL.ca