31 juillet 2019

En l’absence de Masoli, la défense des Ticats devra en faire plus

Johany Jutras/CFL.ca

HAMILTON – Dans un monde parfait, le quart-arrière Dane Evans viendrait en relève à Jeremiah Masoli et déchirerait la place! Voilà qu’une nouvelle vedette de la Ligue canadienne de football (LCF) serait née.

Mais dans un monde dit « normal », cela ne se passe pas tout à fait comme ça.

Du moins, pas pour le moment.

La défense des Ticats devra donc en prendre plus sur ses épaules, en créant le plus de revirements possible et en tenant les attaques adverses en échec.

C’est souvent ce qu’une formation doit faire, lorsqu’elle lance un jeune quart dans la mêlée. La défense des Tiger-Cats devra être un pilier. Encore plus qu’elle ne l’est déjà.

La bonne nouvelle c’est que l’unité défensive des Ticats a fait le travail, la semaine dernière, alors qu’elle a stoppé la séquence de victoires des Bombers à cinq.


 
En fermant la porte à l’attaque de Matt Nichols et en tenant le fort, à la suite de la chute de Jeremiah Masoli, la défense de Hamilton a connu son meilleur match jusqu’ici, cette saison.

Elle a mis énormément de pression sur le quart des Bombers. Elle a forcé Winnipeg à effectuer huit bottés de dégagement et elle a stoppé trois possessions des Bombers avec des interceptions – incluant celle de Jumal Rolle, lui qui a presque marqué sur ce jeu.

À la suite de la séquence à l’attaque des Bombers de 106 verges, menant à un touché, lors du deuxième quart, la défense des Ticats a dit non, et ce, pour le reste de la partie.

Elle a terminé la soirée avec un revirement au troisième essai, alors que l’ailier défensif Adrian Tracy a réussi un sac du quart aux dépens de Matt Nichols.

« Nous constatons enfin ce que le dur travail peut rapporter », dit Tracy, mettant le doigt sur ce qui fait de la défense des Ticats, une unité si solide.

S’il y a de la pression additionnelle sur la défense des Tiger-Cats puisque le quart Jeremiah Masoli est maintenant sur la touche pour le reste de la saison, Tracy ne l’admet tout simplement pas. Tout comme le secondeur Justin Tuggle. Le travail continu.

« Chaque fois que nous sautons sur le terrain, nous savons que nous avons du travail à faire », dit Tuggle. « Peu importe ce qui se passe. Et c’est ce que nous continuerons à faire. »

Tracy est d’accord avec son coéquipier. « It’s business as usual ».

L’ailier défensif des Ticats Adrian Tracy a été solide, lors du dernier match face aux Bombers (Shannon Vizniowski/CFL.ca).

« Tout le monde devra faire son travail. Comme d’habitude », explique Tracy.

« D’autres équipes de la LCF ont perdu leur quart partant et d’autres ont dû élever leur jeu d’un cran », poursuit-il. « Mais ce n’est pas seulement un gars qui doit le faire. Toute la formation doit le faire. »

Des athlètes comme Tracy et Tuggle – la plupart des joueurs défensifs, en fait — n’aiment pas admettre qu’ils devront en faire plus, qu’ils auront plus de pression, même s’ils ont perdu le meilleur joueur de leur formation.

Toutefois, les défenses doivent, à certains moments dans une saison – ou dans un match -, garder le fort, en attendant que leur formation trouve la solution qui relancera tout le monde.

Est-ce que la défense des Ticats pourra le faire?

Sans être dominante, la défense de Hamilton est solide, jusqu’à maintenant, sauf peut-être au chapitre de la moyenne de verges accordée par course qui est à 5,8 — le pire résultat de la LCF – et au chapitre des verges de gains au sol accordées par match (moyenne de 111 verges) – le septième rang de la Ligue.

Les verges aériennes accordées? En milieu de peloton. Les verges totales accordées? Même chose.

Là où cette unité brille, c’est au chapitre des interceptions, avec huit (3e rang), au chapitre des échappés recouvrés, elle qui en a six (2e rang) et au chapitre des revirements, avec 17 (3e rang).

Et au chapitre des points accordés par match, les Ticats sont au troisième rang de la LCF, eux qui en accordent en moyenne 17,5 par match.

De bonnes statistiques. Avouons-le…

Et la ligne défensive en est pour beaucoup.

En plus de Tracy et du plaqueur Ted Laurent, les Ticats ont ajouté l’ancien des Argos Dylan Wynn et l’ancien des Stamps Ja’Gared Davis. Sur papier, Hamilton a tout un front défensif.

Mais pas seulement sur papier, selon Tracy.

« Il a fallu s’ajuster afin de se coordonner l’un à l’autre », explique-t-il. « Connaître nos forces et nos faiblesses. Pour mieux jouer ensemble. »

« Nous croyons que toute bonne défense commence au front », poursuit Tracy. « Et c’est la même chose pour la ligne offensive. Si les deux lignes jouent bien, l’équipe sera en bonne position pour l’emporter, chaque semaine. »

C’est une réalité à laquelle les Ticats devront faire face : l’attaque ne fonctionnera pas aussi bien sans Masoli. Du moins, pour quelques parties et il y a aussi des chances qu’elle ne redevienne jamais compétitive.

Cette réalité est un fait. L’attaque des Ticats s’est très souvent fiée aux talents spéciaux de Masoli. Son habileté à lancer le ballon en déséquilibre, pour tout de même faire une belle passe. Ses multiples esquives avant de rejoindre un receveur bien positionné. Et bien plus…

Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Dane Evans fasse la même chose, tout de suite en partant, contre les Riders, cette semaine. S’il peut le faire… Fantastique! Mais, normalement, un quart doit s’ajuster et la formation qui l’entoure, également.

L’entraîneur-chef des Ticats Orlondo Steinauer ne lui demandera pas simplement de gérer la possession du ballon. Il voudra qu’il exécute les jeux qui seront demandés, tout au long de la rencontre… Des rencontres.

Le secondeur des Tiger-Cats Justin Tuggle a confiance en son nouveau quart-arrière Dane Evans (Geoff Robins/CFL.ca).

Et face à la défense agressive des Roughriders, la tâche sera difficile.

Mais s’il peut accepter son premier rôle comme Cody Fajardo le fait en Saskatchewan, comme Nick Arbuckle le fait à Calgary et comme Vernon Adams Jr. le fait à Montréal, la défense des Ticats pourra mieux respirer.

« C’est un perfectionniste », dit Tuggle, en parlant d’Evans. « Il sera prêt à faire face à ses responsabilités.»

Tracy croit en Evans, mais aussi en toute la formation des Ticats. Le défi sera de taille, mais tout le monde est prêt.

« Ce qui est arrivé à Jeremiah est triste, mais c’est aussi une occasion de briller, pas seulement pour Dane, mais pour toute l’équipe. »

« Tout le monde dans le vestiaire sait que nous sommes meilleurs ensemble. »

D’après un article de Don Landry, paru sur CFL.ca