9 août 2019

Reposés, les Lions se mesurent aux Tiger-Cats à Hamilton

LCF.ca

HAMILTON – Le dernier affrontement de la semaine 8 aura lieu au Terrain Tim Hortons de Hamilton, samedi, où les Tiger-Cats (5-2) accueilleront les Lions de la Colombie-Britannique (1-6). Ce match sera présenté sur RDS à compter de 19 h HE.

La partie de samedi sera le match du Temple de la renommée du football canadien 2019; elle a été précédée de la cérémonie d’intronisation de la cuvée 2019 qui a eu lieu vendredi au Terrain Tim Hortons. Sept nouveaux membres ont fait leur entrée au Temple de la renommée du football canadien cette année : Jon Cornish, Mervyn Fernandez, Terry Greer, Ernie Pitts (à titre posthume) et David Williams à titre de joueurs, et l’ancien président des Roughriders de la Saskatchewan Jim Hopson et le légendaire entraîneur de l’Université de la Colombie-Britannique Frank Smith à titre de bâtisseurs.

BILLETS
» Cliquez ici pour acheter vos billets pour le match opposant les Lions aux Tiger-Cats

À la suite d’un revers de 45-18 aux mains des Roughriders de la Saskatchewan, les Lions ont bénéficié d’une semaine de repos et renoueront avec l’action ce samedi à Hamilton. En 2019, les clubs qui reviennent d’une semaine de congé affichent un dossier de 5-4. Toutefois, les repos ont semblé avoir l’effet inverse sur la Colombie-Britannique; elle ne montre une fiche que de 2-5 lorsqu’elle revient d’une semaine de congé depuis 2016.

Depuis le début de la campagne, le quart-arrière des Lions Mike Reilly a été victime de 25 sacs – un sommet dans la LCF –, dont 13 lors de ses trois plus récents départs. Ainsi, l’entraîneur-chef DeVone Claybrooks et ses collègues ont mis l’accent sur la protection octroyée à leurs passeurs au cours des derniers jours. Avec Sukh Chungh en voie d’effectuer un retour au jeu et avec l’addition du vétéran Justin Renfrow à la suite d’une transaction avec Calgary, les Lions bénéficieront de bon nombre d’options au sein de leur ligne offensive.

« Nous devons protéger notre quart-arrière. Nous le savons, évidemment. Mais nous devons aussi mieux traquer les quarts de nos adversaires. Si nous atteignons ces deux objectifs, nous devrions mieux nous porter », a expliqué Claybrooks au BCLions.com. « Nous apportons des changements à notre ligne offensive. Nous avons de nouveaux morceaux, alors nous verrons comment ils formeront un tout cohérent. »

Le 29 juin dernier, dans un revers de 36-32 aux mains des Stampeders, Reilly avait complété 85,7 % de ses passes pour 354 verges et deux touchés. Voilà un bel exemple de ce que peut accomplir le quart-arrière des Lions lorsqu’il obtient une bonne protection de la part de ses coéquipiers de la ligne offensive. Il s’agit d’un modèle que la Colombie-Britannique s’efforcera de répliquer.

« Chaque fois que vous profitez d’un peu plus de temps, ça peut faire toute la différence », a dit Reilly. « Mais vous ne devez pas laisser le tout vous affecter. Sinon, vous pourriez ne pas être prêt à effectuer un jeu lorsque vous bénéficierez de ces quelques secondes supplémentaires. Si, chaque jeu, vous anticipez que vous n’aurez pas assez de temps, vous ne serez pas capable de bien jouer. »

Les Tiger-Cats ont été incapables de protéger leur avance, la semaine dernière, s’inclinant 24-19 devant les Roughriders de la Saskatchewan au Mosaic Stadium de Regina. Samedi, les Ticats retrouveront leurs partisans au Terrain Tim Hortons de Hamilton, où ils tenteront d’obtenir une cinquième victoire de suite pour la première fois depuis l’ouverture de leur nouveau stade en septembre 2014.

En l’absence de Jeremiah Masoli, dont la saison est terminée en raison d’une blessure à un genou, le quart-arrière Dane Evans obtiendra son deuxième départ de la campagne, samedi, son premier en carrière au Terrain Tim Hortons. Le produit de l’Université de Tulsa n’a pas connu les débuts escomptés contre les Riders la semaine passée, lui qui a vu sa première passe de la rencontre être interceptée par le demi défensif Loucheiz Purifoy.

Evans a néanmoins fait preuve de résilience, aidant les siens à prendre les devants au quatrième quart et à demeurer dans le match jusqu’aux toutes dernières secondes de la partie, dans un environnement hostile de surcroît. Au final, il a complété 65 % de ses passes pour 196 verges et un touché.

Avant le match de la semaine dernière, contre la Saskatchewan, le coordonnateur offensif des Ticats Tommy Condell a indiqué qu’il comptait conserver une attaque similaire avec Evans au poste de quart-arrière. Toutefois, après le deuxième revers de son équipe cette saison, il a admis qu’il devrait probablement revoir certaines stratégies afin que le plan de match soit un peu plus adapté aux forces d’Evans.

Chose certaine, Evans a la confiance de ses entraîneurs.

« Dane est plus mature. Maintenant, il doit transposer ce qu’il fait à l’entraînement lors des matchs », a indiqué l’entraîneur-chef des Ticats, Orlondo Steinauer, au Ticats.ca. « Il est plus à l’aise, ses coéquipiers croient en lui, il prend plus de place dans le caucus et il émet plus d’opinions lors des rencontres d’équipe. La chose la plus importante est que Tommy et lui sont de plus en plus familiers l’un envers l’autre. Et j’en suis heureux. Je pourrais vous parler de ce que j’aime de Dane lors des entraînements, mais c’est en situation de match que ça compte le plus. »