14 août 2019

Lions : Une nouvelle philosophie s’installe

La Presse Canadienne

VANCOUVER – Les Lions de la Colombie-Britannique (1-7) affronteront les puissants Blue Bombers (6-2), jeudi soir, à Winnipeg (RDS – 20 h 30 HE).

Rien ne va plus chez les Lions.

En effet, la troupe de DeVone Claybrooks tentera de stopper sa séquence de défaites, elle qui en a enregistré une quatrième de suite, la semaine dernière face aux Tiger-Cats de Hamilton.

35-34. Si près du but. Au début du quatrième quart, les Lions menaient 34-19. Mike Reilly a connu une excellente soirée, complétant 75 % de ses passes (21-en-28) pour des gains de 306 verges et deux touchés. John White a couru 15 fois pour 124 verges et deux touchés.

L’attaque des Lions a passé un peu plus de 37 minutes sur le terrain pour des gains totaux de 457 verges.

Mais la bataille des tranchées a encore une fois été remportée par l’adversaire. Mike Reilly a été renversé quatre fois. L’histoire habituelle, quoi. Les Ticats sont revenus de l’arrière, enfonçant le couteau encore plus loin dans la plaie déjà bien ouverte et bien meurtrie.

« On manque de finition », explique le joueur de ligne offensive des Lions David Foucault. « Il faut qu’on soit capable de terminer les matchs. Il y a des matchs où nous avons eu de la difficulté et d’autres où nous sommes passés proche de gagner. »

« Il y a eu beaucoup de frustration (dans l’équipe) », poursuit Foucault. « Mais c’est normal de laisser sortir ses émotions au football. Comme dans n’importe quel sport, tu veux compétitionner, tu veux gagner. Après plusieurs défaites de suite, les émotions prennent le dessus. »

« Chaque semaine, on recommence à zéro et lors de notre semaine de repos, il y a eu beaucoup de changements dans la formation. On a décidé que c’était une nouvelle saison. Et ç’a paru lors de notre dernier match. »

Mais le sentiment d’urgence s’est tout de même installé.

« Le sentiment d’urgence est là », dit Foucault. « C’est pour ça qu’on a vu des changements s’opérer durant la semaine de repos. »

« Les gars sont un peu stressés. Nous sommes un peu en mode panique. Il y a eu des coupures et des ajouts dans la formation partante. On verra ce que ça donnera. »


 
Pour se remettre sur pied, la Colombie-Britannique devra vaincre les Bombers. Les premiers de l’Ouest. Et selon plusieurs, la meilleure formation de la Ligue canadienne de football (LCF).

Winnipeg s’est remise sur pied, de son côté, après avoir subi deux défaites d’affilée. Et la troupe de Mike O’Shea l’a fait de belle façon, en remportant un match serré contre les Stampeders de Calgary, qui bataillaient pour le premier rang de l’Ouest.

Et même si la mission semble impossible, sur papier, il faudra que les Lions trouvent une façon de l’emporter contre les Bombers. Lors d’une saison, il faut, à un moment ou à un autre, battre les meilleurs – comme les Argos l’ont fait face à ces mêmes Bombers, lors de la semaine 8, pour mériter leur premier gain en 2019.

On ne peut pas toujours espérer l’adversaire parfait pour se refaire la main et retrouver le chemin de la victoire. De plus, la seule victoire des Lions est survenue contre Toronto.

Battre les rivaux de division est une tâche difficile – surtout dans l’Ouest —, mais si l’on veut espérer prendre part aux éliminatoires, il faudra relever les manches de son uniforme orange et foncer tête première.

« (Les Bombers) sont une bonne équipe », dit Foucault. « Mais ils ont perdu contre Toronto, alors on se dit que peu importe le classement, une formation peut débloquer. Et dans la LCF, les matchs sont tellement en montagnes russes que nous ne savons pas toujours comment ça va se terminer. »

« Je suis convaincu que nous offrirons une bonne opposition. »

« Tout notre début de saison, nous l’avons joué contre des équipes de l’Ouest. Nos défaites sont survenues contre l’Ouest. Dans les prochaines semaines, nous affronterons davantage de formations de l’Est, mais il faut remporter nos confrontations face aux équipes de notre division. »

« Chaque semaine, on recommence à zéro et lors de notre semaine de repos, il y a eu beaucoup de changements dans la formation. On a décidé que c’était une nouvelle saison. Et ç’a paru lors de notre dernier match. »

– David Foucault

Une bonne communication

Rappelons-nous que les Bombers avaient gâché le match d’ouverture local des Lions au BC Place, le 15 juin dernier. Une victoire de 33-23.

Foucault et les Lions voudront certainement se venger en territoire ennemi, jeudi, et ainsi tenter de relancer leur saison.

Minimiser les erreurs — surtout les sacs du quart — sera la clé. Reilly est de plus en plus amoché, lui qui a subi une blessure à la cheville vers la fin du match, la semaine dernière, mais il était à l’entraînement lundi.

« Mike (Reilly), c’est un dur de dur », explique Foucault. « Il essaiera toujours de garder le ballon le plus longtemps possible. Il prendra le sac du quart au lieu de risquer l’interception. Il est respecté de tous dans notre équipe et à travers la Ligue. »

« C’est sûr qu’on n’aimerait pas le voir se blesser. Nous avons eu des difficultés sur la ligne offensive, mais nous avons fait des changements. On l’a mieux protégé à Hamilton. Il prend donc plus de confiance. »

« La relation est bonne avec notre quart-arrière », poursuit Foucault. « C’est comme un entraîneur. Il regarde beaucoup de vidéos. Chaque fois qu’il voit quelque chose, il nous en parle. C’est vraiment comme un autre entraîneur. »