4 septembre 2019

ROUGE et NOIR : Les Argos ne seront pas une proie facile

Andre Ringuette/Ottawa REDBLACKS/Freestyle Photography

OTTAWA – Antoine Pruneau et le ROUGE et NOIR d’Ottawa (3-7) attendront les Argonauts de Toronto (1-9) de pieds fermes, à la Place TD, samedi après-midi (13 h HE – RDS).

Une autre bataille de l’Ontario aura lieu ce samedi à Ottawa. Bien qu’elle ne soit pas historique comme celle impliquant les Argos et les Tiger-Cats de Hamilton, elle sera tout de même importante.

La troupe de Rick Campbell cherchera à freiner sa série de défaites, elle qui en a subi trois d’affilée, depuis la victoire in extremis de 30-27 en prolongation, face aux Alouettes, lors de la semaine 8.

Selon le maraudeur du ROUGE et NOIR Antoine Pruneau, la défense ottavienne s’est améliorée depuis quelques semaines (Andre Ringuette/Ottawa REDBLACKS/Freestyle Photography).

Si nous parlons souvent de l’attaque du ROUGE et NOIR qui ne va nulle part et qui se cherche toujours un quart numéro un, la défense devra se lever.

En effet, Ottawa a accordé 286 points (7e rang de la Ligue), ne met pas assez de pression sur les quarts adverses (seulement 15 sacs du quart – 7e rang de la Ligue) et n’a réussi que cinq interceptions (dernier rang de la Ligue).

« En deuxième essai et long, on performe beaucoup plus », explique le maraudeur du ROUGE et NOIR Antoine pruneau, lui qui a une fiche de 22 plaqués défensifs, deux plaqués sur les unités spéciales et une interception, en 2019. « On réussit à limiter les longues séquences à l’attaque ou les jeux explosifs. »

« Mais ce n’est pas tout, il faudra effectuer des jeux qui feront la différence dans le match. Créer plus d’interceptions et de revirements. »

Ce qui aiderait grandement l’attaque ottavienne qui passe en moyenne un peu plus de 25 minutes par match sur le terrain.

« Sommes-nous les plus opportunistes en ce moment? Peut-être pas », poursuit Pruneau. « Mais on travaille là-dessus chaque semaine. On peut toujours peaufiner davantage de choses en défense. »

« Chaque semaine, on travaille à garder notre énergie à un haut niveau, garder notre intensité, sans s’apitoyer sur notre sort. Il faut y aller un problème à la fois. J’ai souvent vu des clubs qui voulaient tout régler en même temps, mais ce n’est jamais la solution. »

La deuxième moitié de la saison s’amorce, cette semaine et le ROUGE et NOIR voudra remporter son match, lui qui est au troisième rang, à quatre points des Alouettes et de la deuxième place – le dernier billet des éliminatoires dans l’Est.

Et avec la fiche qu’Ottawa revendique, tous les matchs seront importants jusqu’en novembre.

« C’est sûr qu’il y a un sentiment d’urgence », dit Pruneau. « Mais depuis la première journée du camp d’entraînement, on sent, dans l’équipe, la pression de gagner. »

« Avant le début de la saison, pas beaucoup de gens voyaient le ROUGE et NOIR faire de grandes choses. On travaille depuis le début à renverser cette tendance. On est sorti fort en début de saison, mais là, on est sur une pente glissante. Notre but est de retrouver le chemin de la victoire. »

« (La course aux éliminatoires) a commencé avant cette semaine », avoue Pruneau. « Selon ce que je sens de la part de mes coéquipiers, le mode “éliminatoire” est là depuis la semaine 1, mais mathématiquement, en ce moment, il n’y a plus de marge d’erreur. »

Et la prochaine proie ne sera pas facile. Bien qu’ils perdent à profusion, les Argos jouent bien. L’attaque produit. Les verges de gains sont là. Les touchés sont marqués.

Le quart McLeod Bethel-Thompson est devenu le quart numéro un des Torontois, lui qui a complété 211 de ses 318 passes (66 %), cette année, cumulant 2593 verges et 16 touchés.

C’est simple, il est au deuxième rang de la LCF au chapitre des verges de gains et au premier rang de la Ligue au chapitre des touchés par la passe.

Et il y a le receveur Derel Walker qui s’est finalement mis en marche en 2019, lui qui a capté 47 passes pour des gains de 807 verges et cinq touchés – incluant quelques touchés spectaculaires.


 
La défense du ROUGE et NOIR devra se méfier.

« On a vu Walker prendre du galon de match en match », dit Pruneau. « Et il y a Green qui est toujours aussi constant. Il faudra donc limiter les gros jeux de ces deux joueurs. »

« Et on va essayer de déranger Bethel-Thompson, lui qui est de plus en plus à l’aise et qui est la bougie d’allumage des Argos cette année. »

Mais comment faire pour que les Argos aient des doutes d’y aller avec une passe, eux pour qui l’attaque aérienne est le pain et le beurre, depuis quelques matchs?

« Si on est capable d’être plus agressif en couverture de passe et d’aller chercher des interceptions tôt dans le match, ça va forcer leur attaque à courir davantage. »

« Et s’ils décident de passer le ballon pendant toute la rencontre, ce sera à nous de faire le travail sur la tertiaire. Ça va nous donner plus d’occasions d’effectuer des jeux en défense. »