8 octobre 2019

Les Lions voudront gâcher la fête des Eskimos

CFL.ca

VANCOUVER – L’enjeu du match entre les Lions de la Colombie-Britannique et les Eskimos d’Edmonton, ce samedi, est bien connu. Et avec une place en matchs éliminatoires toujours disponible, l’entraîneur-chef des Lions DeVone Claybrooks a bien hâte que son équipe saute sur le terrain.

« C’est un match très important pour les deux camps », a dit Claybrooks au BCLions.com. « Les Esks ont amorcé la saison en lion, mais ils ont des difficultés depuis un certain temps. Ils veulent se remettre sur pied. Edmonton a perdu son quart partant, mais nous nous attendons à ce qu’ils sortent forts, cette semaine. En plus, plusieurs membres des deux équipes ont interchangé d’adresse lors de l’entre-saison. »

« Ce sera amusant. Nous sommes une formation totalement différente des deux dernières fois que nous les avons affrontés. »


 
Les Lions sont sur une séquence de quatre victoires consécutives. Le dernier gain a été un réel massacre de 55-8 face aux Argonauts de Toronto, au BC Place.

Après avoir amorcé la saison avec une fiche de 1-10, il aurait été normal de croire que les Lions étaient exclus des éliminatoires de la 107e Coupe Grey. Toutefois, ils sont toujours dans la course, avec trois matchs à faire à leur calendrier régulier.

Les Esks sont chancelants ces derniers temps, eux qui ont perdu trois de leurs quatre derniers matchs, depuis que Trevor Harris est sur la touche. Logan Kilgore a pris la relève derrière le centre, lui qui a cumulé 921 verges de gains aériens et quatre touchés, en quatre parties.

Avec Harris qui commence à se sentir mieux, nous ne savons toujours pas encore qui sera le quart partant à Edmonton, en vue de la semaine 18. Mais peu importe, la défense des Lions sera prête.

« L’attaque des Esks sera l’attaque des Esks », a dit Claybrooks. « Maas fera ce qu’il veut bien faire. Ils ont de bons fabricants de jeux qui n’ont besoin que du ballon dans leurs mains afin de créer quelque chose offensivement. Alors peu importe qui sera le quart, nous devrons arrêter ces fabricants de jeux. »

Claybrooks voudra que T.J. Lee et le reste de la tertiaire ralentissent l’attaque aérienne des Eskimos. Lee a été un leader contre les Argos, lors de la semaine 17, cumulant deux plaqués défensifs et une interception. Il a réussi deux interceptions, au cours de ses trois derniers matchs et il est un des préférés du groupe d’entraîneurs des Lions.

« Plusieurs joueurs partants ou des vétérans de cinq ou six saisons pensent qu’ils sont trop bons pour évoluer sur les unités spéciales », a dit Claybrooks. « C’est l’une des choses que j’aime de notre groupe et T.J. est l’un de ces joueurs qui dit “place-moi où tu veux ‘coach’. Je ferai tout ce que tu voudras, je ne veux que remporter le match.” Ces gars n’ont pas d’égos démesurés, en commençant par lui. »

Mais il faudra plus qu’un solide effort de la défense de la Colombie-Britannique pour venir à bout des Esks. Heureusement pour les Lions, leur attaque est en feu. Le quart Mike Reilly n’a subi que trois sacs du quart au cours de la séquence victorieuse des siens. Cette situation lui a donc permis de repérer plus facilement ses receveurs, surtout Bryan Burnham.

L’athlète de 29 ans connaît sa meilleure saison en carrière dans la LCF, amassant 1300 verges de gains sur des réceptions, en 88 attrapés, au cours de 14 matchs. Lors de trois de ses cinq dernières rencontres, il a capté au moins huit passes, pour des gains de 125 verges et un touché. Il a aussi marqué un touché au cours de cinq de ses six derniers duels – incluant trois touchés, la semaine dernière, contre les Argos.

« Il est toujours bon. Nous pourrions tenir ça pour acquis », a dit Claybrooks de son receveur vedette. «Lors des entraînements, nous les voyons ces fameux attrapés à une main. Markus (Howell) effectue de l’excellent travail avec ces gars et Burnham joue comme il s’entraîne. Il travaille fort, il court tous les tracés à pleine vitesse comme si la passe s’en venait vers lui. Il n’a donc qu’à augmenter son jeu d’un cran, lors des matchs. »

Le receveur des Lions Bryan Burnham connaît la meilleure saison de sa carrière dans la LCF (La Presse Canadienne).

Les Lions ont absolument besoin de cette victoire, cette semaine, afin de maintenir leurs minces chances de participer aux matchs éliminatoires. Avec une victoire ou un match nul, les Esks s’assureraient d’obtenir la dernière place disponible pour le tournoi automnal via la règle du croisement éliminatoire, disqualifiant ainsi les Lions. Que sa formation réussisse ou non, Claybrooks voit ce match comme une autre opportunité d’apprentissage pour ses joueurs.

« Lorsque vous essayez de créer une culture gagnante à l’intérieur d’une équipe, ça prendra du temps. Et nous ne sommes même pas près du but. Mais nous travaillons fort et nous nous battons, chaque semaine», a-t-il dit. « Tant que vous faites ça, vous avez des chances et c’est ce que nous faisons. »

« Ce ne sera qu’une autre étape dans la construction des Lions et pour faire de cette équipe une formation reconnue dans la Ligue. »

D’après des articles parus sur BCLions.com