11 novembre 2019

Malgré la défaite, Jones a aimé l’ardeur et la volonté des Als

Johany Jutras/LCF.ca

MONTRÉAL – Les Alouettes de Montréal ont été incapables d’effectuer une remontée face aux Eskimos d’Edmonton en demi-finale de l’Est, dimanche. Néanmoins, les Montréalais ont encore une fois fait preuve de résilience, et ils ont mis la table en vue de la prochaine saison.

« Cette équipe est combative », a indiqué l’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones, à la suite de l’élimination de son équipe. « Cette équipe n’a jamais voulu mourir, et c’est ce dont je suis le plus fier. Je crois que plusieurs équipes auraient jeté l’éponge bien avant, mais je n’ai jamais eu à me soucier de ça avec ce groupe. »

Les Alouettes ont démontré à maintes reprises cette saison qu’il ne fallait jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les Montréalais ont établi une marque d’équipe en effectuant la plus importante remontée de leur histoire lorsqu’ils ont effacé un déficit de 24 points pour battre les Blue Bombers de Winnipeg lors de la semaine 15, et ils ont comblé un retard de 11 points en deux minutes pour venir à bout des Stampeders de Calgary, en prolongation, lors de la semaine 10.

Le quart-arrière Vernon Adams Jr. a tenu tête à Edmonton en fin de partie et a rapproché les siens à six points de leurs rivaux au quatrième quart grâce à un touché au sol de 10 verges, mais la troisième interception du match du demi défensif Josh Johnson a scellé l’issue du match et a confirmé la victoire des Eskimos lors de la dernière minute de jeu.


 
« Ils ont fait de bonnes choses en défense pour nous arrêter », a dit Jones. « Nous avons été dans cette situation si souvent cette année que nous étions presque à l’aise d’accuser un léger retard avec aussi peu de temps à jouer. Tout au long de la saison, nous avons été capables de nous en sortir en réussissant ces jeux lorsque c’était nécessaire; ça n’a pas fonctionné aujourd’hui. »

Les Alouettes ont rapidement fait face à un quart-arrière en feu du côté des Eskimos, puisque Trevor Harris a complété ses 22 premières passes pour donner une avance aux siens. Mario Alford a provoqué des étincelles du côté de Montréal au deuxième quart avec un retour de botté d’envoi de 99 verges pour un touché, et l’équipe n’a jamais cessé de lutter par la suite.

« J’ai tendance à penser aux aspects positifs d’une lutte comme celle-là », a déclaré Jones. « Il a fallu être combatif, puisqu’ils étaient inarrêtables. Nous avons dû nous battre pour rester dans le match. Nous avons eu la chance de gagner le match, ce que nous n’avons malheureusement pas fait. »

Ayant amorcé leur calendrier régulier sous les ordres d’un entraîneur-chef de première année, et après avoir vu leur quart-arrière partant (Antonio Pipkin) se blesser à une cheville dès leur premier match de la saison, les Alouettes ont réussi à accomplir de grandes choses en 2019, une année où ils ont dû surmonter de nombreux obstacles.

« Ç’a été un réel honneur d’entraîner ces joueurs et de les voir s’unir et combattre contre l’adversité. Plusieurs éléments auraient pu nous faire dérailler, mais ce n’est pas arrivé », a dit Jones.

Adams a mentionné qu’il était fier de tout ce que les Alouettes avaient accompli cette saison, et qu’il sentait l’excitation croître en vue des prochaines années.

« Remporter 10 matchs, participer aux éliminatoires… Je crois que nous avons établi les bases pour que la majorité des joueurs soient de retour l’an prochain et pour que nous puissions réellement prendre notre envol », a dit Adams.


 
Adams a complété 14 de ses 27 passes pour 226 verges contre Edmonton, en plus de porter le ballon six fois pour 57 verges et un majeur. Même si l’équipe n’a pas réussi à sortir un lapin de son chapeau cette fois-ci, Adams soutient qu’il souhaite continuer de s’améliorer et de poursuivre les progrès qu’il a effectués sous les ordres de Jones.

« J’aime Coach Khari », a dit Adams. « Il m’a vraiment aidé à donner un second souffle à ma carrière, et je vais continuer à travailler. Nous allons tous continuer à travailler. »

Le quart-arrière de 26 ans, dangereux autant par la passe que par la course, a amassé près de 4000 verges par la passe cette saison. Il a lancé 24 passes de touché, et il a ajouté 12 majeurs au sol au cours de sa première campagne comme numéro un dans la LCF. Adams a été le leader incontestable des Montréalais cette saison, grâce, entre autres, à sa capacité à orchestrer des remontées dans des délais extrêmement serrés.

Jones souligne que ce revers en éliminatoires n’enlève rien à tout ce qu’a accompli son jeu quart-arrière cette saison.

« Il commence à peine sa carrière et son périple, et je suis vraiment fier du travail qu’il a accompli », a dit Jones. « Il a transporté l’équipe à lui seul parfois pour nous permettre de gagner des matchs, et c’était vraiment spécial. »

Jones a terminé son point de presse à remercier les partisans montréalais à la suite de la défaite des leurs favoris. Il a déclaré que l’équipe avait bénéficié du soutien des partisans, et qu’elle avait apprécié leur appui toute la saison.

« C’est gratifiant de partager du bonheur et de la joie avec des personnes qui souhaitent venir encourager cette équipe, et ça signifie que les joueurs font quelque chose de bien. Alors, je veux simplement dire un gros merci aux partisans. »