Politique de confidentialité

Veuillez noter que la politique de confidentialité de ce site web a récemment été mise à jour. Cliquez ici pour en savoir plus.

Les blessures aux quarts : « Joueront-ils ou pas? »

REGINA – Cody Fajardo était en action, au cours de l’entraînement fermé des Roughriders de la Saskatchewan, jeudi dernier. Et il avait l’air en forme. Il a même ajouté qu’il croit bien pouvoir jouer, ce dimanche, lors de la finale de l’Ouest.

À Winnipeg, pour la deuxième journée de suite, Chris Streveler était de la séance d’entraînement des Blue Bombers de Winnipeg, mais il n’était qu’un spectateur. Mercredi dernier, son entraîneur-chef a mentionné que bien que Streveler était sur les lignes de côté, il était sûr de le voir participer à la finale de la division Ouest, le 17 novembre prochain.

Fajardo et Streveler sont tous les deux ennuyés par des blessures. Fajardo est ennuyé par une élongation musculaire abdominale depuis l’entraînement du 30 octobre dernier et Streveler a un os cassé au pied, en plus d’avoir des ligaments endommagés à la cheville, depuis la partie contre Calgary le 19 octobre dernier.

C’est ce temps de l’année.

Aucun de ces quarts n’a parlé aux médias cette semaine. Puisqu’il ne participe pas aux entraînements des siens, Streveler peut être exempté d’entrevues médiatiques. Alors que le vestiaire des Riders était ouvert jeudi, après l’entraînement, Fajardo n’y était pas.


 
Alors, devrions-nous nous en tenir à la parole de l’entraîneur-chef qui, lorsqu’il a vu son pivot à l’entraînement, a semblé satisfait? Devrions-nous croire qu’il sera présent dimanche?

Devrions-nous nous en tenir à la parole de Mike O’Shea qui revient d’une semaine de préparation comportant les mêmes doutes vis-à-vis de son quart substitut, mais qui a fini par être la vedette de la victoire des Bombers contre les Stamps? Est-ce que sa blessure s’est aggravée?

« Oui, nous en parlons, mais ça ne me dérange pas vraiment », dit le coordonnateur défensif des Bombers Richie Hall, concernant quel quart son équipe affrontera ce dimanche.

« En fin de compte, nous devrons nous préparer de la même façon. Il faut que je prépare mon personnel en vue d’affronter (Fajardo) ou non. »

Zach Collaros s’est entraîné sur la première unité offensive toute la semaine. Aucune surprise de ce côté-là. Il devrait être le partant pour Winnipeg. Mais, du point de vue de l’adversaire, celui-ci veut savoir s’il affrontera un passeur de pochette ou le monstre à deux têtes qui a écrabouillé les Stamps, la semaine dernière.

« Je crois que ça peut changer la façon dont on se préparera, mais à ce stade-ci de la saison, les gars sont pas mal amochés. C’est normal de se poser toutes ces questions », dit le joueur de ligne défensive des Riders Micah Johnson.

« Il est certain que la santé d’un quart-arrière fera couler plus d’encre, mais il ne faut pas l’approcher de cette façon. »

« À ce stade-ci de la saison, il faut se dire que cette personne jouera. Le jour du match, si ça ne va pas mieux, ce sera au suivant… »

« À ce stade-ci de la saison, il faut se dire que cette personne jouera. Le jour du match, si ça ne va pas mieux, ce sera au suivant… »

– Micah Johnson

Les entraîneurs-chefs adorent laisser le statut d’un de leur joueur en suspens, recherchant tous les avantages possibles en vue des matchs importants. À travers la Ligue, lorsque les rumeurs de blessures de certains joueurs ressortent en début de semaine de préparation, le détecteur de « bullshit » des joueurs et des entraîneurs se mettent à « ON ».

« C’est sûr. C’est normal », dit Johnson, de cet instinct naturel. « La position de quart-arrière est ce que vous analysez, mais nous, nous regardons tout ce qui se passe et un gars qui rate un entraînement ça ne veut pas nécessairement dire qu’il ne jouera pas. Ça veut peut-être simplement dire qu’il rate pour mieux revenir lors du match. »

« Je ne m’en fais pas avec ça, surtout si tôt dans la semaine. C’est vraiment seulement la journée avant la rencontre que je commence à regarder qui rate et qui ne rate pas un entraînement. »

Et lorsque les chartes de positions sont sorties, les entraîneurs-chefs n’ont plus le contrôle sur ce qu’ils veulent ou non que les médias sachent et que l’autre équipe sache. Les formations se préparent et hop, le match crucial arrive.

Ces deux formations se sont affrontées lors de la demi-finale de l’ouest, l’an dernier. Malgré tous les changements qui sont survenus à Regina en un an, la présence de leur quart partant demeure une énigme pour le match de dimanche prochain.

La saison dernière, les Riders avaient joué au yo-yo avec le statut de Zach Collaros, tout au long de la semaine de préparation. Ils ont confirmé qu’il était leur partant, la veille du match, avant que l’équipe annonce en soirée ce samedi-là que Brandon Bridge serait le quart partant. Les Riders ont tout de même perdu cette rencontre.

« Si nous voulons continuer de jouer en novembre, nous devons bien jouer défensivement, et ce, peu importe qui sera le quart partant de l’autre côté du terrain », a dit Hall, aux médias de Winnipeg.

« Si nous exécutons bien notre plan de match, nous aurons une chance de l’emporter. Sinon, nous ferons nos valises et nous rentrerons chez nous. »

D’après un article de Chris O’Leary, paru sur CFL.ca