Politique de confidentialité

Veuillez noter que la politique de confidentialité de ce site web a récemment été mise à jour. Cliquez ici pour en savoir plus.

16 janvier 2020

Le périple du receveur Finlandais Micky Kyei se poursuit

Jari Turunen

HELSINKI – Le receveur finlandais Micky Kyei n’arrive toujours pas à y croire.

Il a été choisi, tout comme Sebastien Sagne — parmi les athlètes qui ont participé au camp d’évaluation de la Finlande —, pour aller se mesurer à d’autres joueurs de football, lors du camp d’évaluation de la Ligue canadienne de football (LCF) qui aura lieu à Toronto, à la fin du mois de mars.

« J’étais tellement surpris », a dit Kyei. « Je ne m’attendais pas à être choisi. Je n’ai pas trouvé que j’ai performé à la hauteur de mon talent, lors des différents tests. »

Tout de même, le joueur de cinq pieds, huit pouces et 193 livres — que plusieurs pourraient trouver trop petit pour jouer au football — s’est démarqué au cours du camp d’évaluation et il a fait écarquiller les yeux du directeur du recrutement international de la LCF Greg Quick.

« Oui, Micky est petit, mais très peu de joueurs ont été aussi fort que lui, ce qui veut dire qu’il a beaucoup d’endurance », a dit Quick. « Il a été très rapide, mais ce sont ses changements de direction qui ont attiré mon attention. Et, aussi, son attitude positive. »

Le receveur Micky Kyei capte une passe, lors du camp d’évaluation international de la LCF 2020, à Helsinki. (Jari Turunen).

Kyei joue au football depuis 14 ans, amorçant le tout dans sa ville natale Porvoo, en Finlande, qui est située à approximativement 50 kilomètres à l’est de Helsinki. Mais ç’a été l’année qu’il a passée au Minnesota qui a changé sa vie.

« Toute cette ville respirait et mangeait du football. De vrais passionnés de l’équipe de football du secondaire. »

L’athlète de 27 ans, lui qui est un ami proche et ancien coéquipier du choix du camp d’évaluation de la Suède William James, est un receveur recherché en Europe.

Il a passé une partie de la dernière saison dans la meilleure formation européenne, les Lions de Braunschweig New Yorker, en Allemagne. Il a aidé les Lions à remporter le championnat allemand, là où il a été le meilleur receveur de son équipe lors de ce match. Il a aussi été le coéquipier de James au Rugby, chez les Marlins de Manly, en Australie, pour six mois.

« Jouer au rugby en Australie a été une belle expérience, surtout que j’ai pu rejouer avec William », a dit Kyei.

Quick a vu chez Kyei, des qualités s’apparentant à l’un des meilleurs receveurs de la dernière décennie dans la LCF : l’ancien joueur par excellence 2012 de la Ligue, Chad Owens.

« Il effectue des tracés géniaux et il est électrisant », a dit Quick. « Je pourrais le comparer à Chad Owens. Il peut se libérer de la circulation, mais il peut aussi demeurer près de la ligne de mêlée afin de bloquer pour son quart-arrière. »

Le receveur finlandais ne connaissait pas vraiment la LCF avant d’être invité au camp d’évaluation.

« Je ne savais pas du tout à quel point le football canadien était différent. Depuis ce temps, j’ai vu quelques matchs. Je crois que je devrai m’ajuster énormément. Surtout que je suis un receveur. Mais c’est vraiment excitant. J’ai beaucoup parlé à Kimi Linnainmaa (Argos), alors je sais sur quoi travailler. »

Avant de voir cette occasion s’offrir à lui, Kyei pensait laisser tomber le football pour se trouver un emploi en informatique, son champ d’études. S’il ne se fait pas repêcher lors du repêchage européen de la LCF, c’est ce qu’il fera. Mais, pour le moment, il a les yeux rivés sur le camp d’évaluation de la LCF à Toronto, en mars prochain.

D’après un article de Roger Kelly, paru sur CFL.ca