Repêchage
Tour
-
24 février 2020

Rhymes : « Les Lions construisent quelque chose de spécial »

Johany Jutras/CFL.ca

VANCOUVER – Il a grandi dans un marché de football : Miami, en Floride. Dominique Rhymes a donc rêvé à la même chose que plusieurs jeunes de son patelin.

Mais ce fut lors d’une visite à Atlanta, là où le ROUGE et NOIR d’Ottawa tenait une séance d’essais, que le nouveau receveur des Lions de la Colombie-Britannique a pu voir de la lumière au bout du tunnel.

« Je connaissais la Ligue canadienne de football (LCF), mais je ne savais pas que les formations tenaient ce genre d’essais », s’est souvenu Rhymes.

« Mon meilleur ami Terrance Lowder m’avait prévenu de cette séance en me disant d’y aller absolument, que j’avais le talent pour y arriver. Alors j’y suis allé, ainsi que 300 autres jeunes athlètes. J’ai tout de même été en mesure de dénicher une invitation au camp d’entraînement. »


 
Et ç’a fini par être une très bonne décision. À la suite de 19 parties au cours de deux saisons avec le ROUGE et NOIR, Rhymes a connu sa meilleure campagne en carrière dans la LCF l’an dernier, captant 65 passes pour des gains de 1056 verges et cinq touchés.

En 2019, Bryan Burnham a cumulé 1492 verges de gains sur des réceptions pour les Lions. Comment Rhymes, avec la fiche qu’il a maintenue en 2019, a-t-il pu demeurer 10 jours sans contrat sur le marché des joueurs autonomes?

La chance de pouvoir jouer aux côtés de Burnham, Lemar Durant, Shaq Johnson, Jevon Cottoy et son ancien coéquipier à Ottawa Caleb Holley était trop belle. Sans oublier qu’il pourra capter les passes de l’un des meilleurs quarts de la Ligue : Mike Reilly.

« Ils sont en train de construire quelque chose de vraiment spécial en Colombie-Britannique », a dit Rhymes.

« Ma conversation avec Ed Hervey m’a encore plus donné le goût de venir jouer en Colombie-Britannique. Il est très ouvert et honnête. Il m’a exprimé ses attentes, tout comme je lui ai exprimé les miennes. »

– Dominique Rhymes

La personne qui a tout de suite su que Rhymes serait un bon choix pour les Lions n’est nul autre que l’entraîneur-chef des Lions Rick Campbell, lui qui l’a dirigé à Ottawa. Rhymes affirme que c’est le seul entraîneur des rangs professionnels qui lui a donné une réelle chance.

« À partir du moment où je suis arrivé à Ottawa, jusqu’à aujourd’hui, il m’a permis de me développer afin que j’atteigne mon plein potentiel », a expliqué Rhymes.

« Ma conversation avec Ed Hervey m’a encore plus donné le goût de venir jouer en Colombie-Britannique. Il est très ouvert et honnête. Il m’a exprimé ses attentes, tout comme je lui ai exprimé les miennes. »

Rhymes a évolué pendant trois saisons à Florida International, avant d’être transféré à Murray State, pour sa dernière année de football universitaire. Lorsque la NFL l’a ignoré, il s’est remémoré son enfance, où il devait se battre pour avoir l’occasion de démontrer ce qu’il savait faire sur le terrain. Et sa mère Pangela Fennell l’a beaucoup aidé à atteindre ses objectifs.

« Mon grand-frère ne me laissait jamais jouer avec les plus vieux », s’est souvenu Rhymes, en riant.

« Ma mère m’a donc inscrit dans une ligue avec des jeunes de mon âge. Et j’aime le football depuis ce temps. »

Pangela travaille en tant que chauffeuse d’autobus à Miami, elle qui est la plus grande inspiration de son fils.

« Elle a eu une incroyable influence dans ma vie », a dit Rhymes.

« Elle était une mère monoparentale et la façon dont elle nous a élevés sera imprégnée à jamais en moi. Elle est la plus grande raison pourquoi je travaille fort tous les jours. Je le fais pour elle. »

Vendredi dernier, Dominique Rhymes s’est entendu avec les Lions de la Colombie-Britannique (Geoff Robins/CFL.ca).

Pendant cette entrevue, nous avons appris que Rhymes adore regarder des documentaires sur les OVNIS. Il fallait donc savoir d’où provenait cette passion.

« J’adore la chaîne “History”. Je regarde tout le contenu qu’on y présente », a dit le receveur.

« J’ai toujours aimé les OVNIS. J’aime aussi beaucoup l’histoire des pyramides. Il y a tellement de connaissances à emmagasiner sur cette chaîne. J’y apprends toujours énormément de choses. Et je ne me lasse pas. »

Maintenant, Rhymes aura comme objectif de jouer un grand rôle dans l’histoire des Lions de la Colombie-Britannique en 2020. Tout pour que sa mère soit encore plus fière de lui.

D’après un article de Matt Baker, paru sur CFL.ca