10 mars 2020

Le Norvégien Krafft est prêt pour le camp de Toronto

CFL.ca

COPENHAGUE – L’énorme joueur de ligne défensive norvégien Leo Krafft a réalisé un autre de ses rêves de joueur de football, alors qu’il a été invité au camp d’évaluation national de la Ligue canadienne de football (LCF) qui aura lieu à Toronto, du 26 au 28 mars prochain.

Il fera partie d’un groupe de 44 joueurs mondiaux qui sera à la recherche d’un poste sur une des formations de la LCF en 2020.

Le joueur de six pieds, six pouces et 300 livres a impressionné le directeur du recrutement international de la LCF Greg Quick, lors du camp d’évaluation au Danemark, le 28 février dernier.

« Lorsqu’il a couru son sprint sur 40 verges, les gens se sont arrêtés pour regarder », a dit Quick. « Il était un jeune homme très déterminé. »

« Il semblait être en compétition contre lui-même et il s’est amélioré tout au long de la journée. »


 
Krafft est à la poursuite de son rêve de joueur de football depuis son adolescence, dans sa ville natale de Hamar, en Norvège. Et sa détermination semble être son trait de caractère par excellence.

Lui qui vient d’une petite ville, il est tombé en amour avec le football alors qu’il n’avait que 11 ans. Toutefois, lors des années suivantes, le club de Hamar, une ville située à 90 minutes au nord d’Oslo, a cessé d’exister. Mais ça n’a pas empêché Krafft de continuer à jouer.

« Nous aimions ce sport et nous avons trouvé des endroits pour jouer. Nous jouions au football avec contacts sur des surfaces de gravelle afin de poursuivre notre apprentissage », a dit Krafft.

Krafft a commencé la musculation alors qu’il commençait à grandir. Toutefois, il n’y avait pas de ligue de football assez près de chez lui. Il s’est donc mis à faire ses recherches. S’il ne pouvait pas jouer au football en Norvège, il ferait le voyage afin de trouver un autre endroit où il pouvait pratiquer son sport favori. Il avait entendu parler de programmes d’échanges étudiants dans les écoles secondaires des États-Unis.

Il en a trouvé une à Kyle, au Texas. À l’école Lehman, il a eu un vrai baptême de feu. C’était l’école secondaire de football du Texas dont il avait entendu parler. Chaque vendredi, 8000 partisans se rendaient sur place pour encourager l’équipe. Rien à voir avec la petite poignée d’amis et de membre de la famille qui venaient le voir jouer en Norvège.

À l’aide de son gabarit et de ses qualités athlétiques, Krafft n’a pas eu de difficultés à se tailler un poste dans la formation. Il a donc mis les pieds dans un nouveau monde.

« C’était fou », a-t-il dit. « Soudainement, je jouais au football 5A avec tous ces gens qui venaient nous voir jouer. Nous nous entraînions trois fois par jour. J’étais en pleine croissance, alors le “timing” était parfait. »

Lorsqu’il est revenu en Norvège un an plus tard, il s’est joint aux Trolls de Valerenga, une équipe qui était située à peu près à une heure et demie d’où il habitait. Il a ainsi aidé la formation à remporter le titre norvégien des U-19.

Par la suite, il a passé du temps avec les 1814s d’Eidsvoll, l’une des meilleures formations de la Norvège. Deux ans plus tard, il était avec les champions suédois, les Crusaders de Carlstad, là où il a remporté le titre avec eux.

Krafft est retourné en Norvège en 2018 et il s’est entendu avec la meilleure équipe de son pays, les Vikings d’Oslo. L’entraîneur-chef de l’équipe était Derek Mann, originaire de Vancouver, lui qui avait joué au football junior (avec le Sun d’Okanagan) et au football universitaire canadien (avec l’Université d’Ottawa), avant de déménager en Norvège en tant que joueur et, maintenant, en tant qu’entraîneur.

Le joueur de ligne défensive norvégien Leo Krafft participera au camp d’évaluation national de la LCF, présenté par New Era, qui aura lieu à Toronto, du 26 au 28 mars prochain (Louise Bakbøl Lowns).

« Je connaissais Leo avant qu’il n’évolue sous mes ordres puisqu’il avait joué contre nous », a dit Mann.

« Avant que je ne sois un entraîneur, j’étais le quart-arrière d’Oslo. Lorsque je jouais contre l’équipe de Leo, je devais toujours observer où il était positionné sur le terrain. Il pouvait te déranger si facilement. Il est un joueur doté d’une grande énergie. Et il était tellement simple de le diriger puisqu’il recherchait toujours des moyens de s’améliorer. »

Mann adorait l’attitude de son jeune meneur en défense.

« Il est le genre de joueur qui baisse la tête et qui pourchasse le ballon. Et il cherchait constamment la façon de se mettre dans le match », a-t-il dit. « Sur les lignes de côtés, il me disait toujours de le laisser sauter sur le terrain, qu’il pouvait jouer à n’importe quelle position. C’était difficile de ne pas aimer son attitude. »

Après avoir participé au camp d’évaluation de la NFL en Allemagne l’automne dernier, Krafft se dirigera maintenant au camp d’évaluation national de la LCF à Toronto, à la recherche d’une nouvelle aventure. Et ce sera très nouveau pour lui… Encore fune fois.

« Je savais qu’il y avait du football au Canada, mais je n’avais pas réalisé à quel point c’était gros », a dit Krafft. « Et je connaissais certaines différences, mais je ne savais pas qu’il y en avait autant. »

« Je devrai travailler très fort afin d’en apprendre le plus possible. »

Bien que le football soit toujours un sport étrange en Norvège, sa famille l’a toujours appuyé dans sa démarche.

« Ma mère trouve ça tellement “cool” que j’aie poursuivi mon rêve, que ça m’ait amené si loin. Elle, ma sœur et mon frère sont si fiers de moi. »

En ce moment, il passe ses journées à se préparer pour le camp de Toronto. Il voit maintenant que tous ses sacrifices commencent à être payants.

« En ce moment dans ma vie, c’est le football et toujours le football », a dit Krafft.

« J’étais un enfant très enrobé qui jouait sur des surfaces de gravelle en Norvège et je participerai prochainement au camp d’évaluation national de la LCF à Toronto, au Canada… Je suis vraiment parti de loin. J’ai très hâte de montrer ce que je sais faire. »

D’après un article de Roger Kelly, paru sur CFL.ca