23 avril 2020

Calme et en pleine possession de ses moyens, Seinet-Spaulding est très déterminé

McGill University

MONTRÉAL – Pendant quatre ans, le joueur de ligne défensive de l’Université McGill Andrew Seinet-Spaulding a évolué dans un programme de football qui en a arraché.

En effet, la meilleure fiche de la formation de Seinet-Spaulding aura été de 4-4 en 2016. L’an dernier, McGill a terminé la saison au troisième rang du classement du RSEQ avec une fiche de 3-5.

Malgré tout, l’athlète de six pieds, 292 livres et originaire de Pierrefonds a su tirer son épingle du jeu en 2019, lui qui a réalisé 22 plaqués solos et 11 plaqués assistés, incluant sept sacs du quart (1er rang RSEQ – 4e rang U SPORTS) et 13,5 plaqués pour des pertes (1er rang RSEQ – 2e rang U SPORTS).

Cette performance, entre autres, lui a valu une invitation au camp d’évaluation national qui devait avoir lieu à Toronto, en mars dernier. Nous connaissons tous et toutes les circonstances de son annulation.

En 2019, le joueur de ligne défensive de l’Université McGill Andrew Seinet-Spaulding a été le récipiendaire du Trophée J.P. Metras, remis au meilleur joueur de ligne de U SPORTS (McGill University).

Mais Seinet-Spaulding est somme toute excité en vue du prochain repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF), le 30 avril.

« C’est excitant », a dit Seinet-Spaulding. « C’est très malheureux qu’on n’ait pas pu participer au camp d’évaluation national. J’étais confiant en mes habiletés pour bien faire et augmenter ma valeur (en vue du prochain repêchage) parce que je passais un peu sous le radar. Du moins, c’est ce que je voyais dans les rapports du bureau de recrutement. »

« Mais c’est excitant d’avoir la chance de me faire repêcher. »

Comme mentionné plus haut, McGill n’a pas connu des saisons glorieuses pendant le séjour de quatre ans de Seinet-Spaulding, mais ce dernier en retient tout de même de bons souvenirs, surtout en compagnie de ses coéquipiers.

« Le temps passé avec mes coéquipiers… », a dit Seinet-Spaulding. « Même si ce n’était pas facile et qu’il n’y avait pas beaucoup de victoires là-dedans, on s’est tout de même créé une belle chimie. »

« En plus, pendant quatre ans, tu as la chance de jouer au football. »

Quoi demander de mieux?

Les belles statistiques de Seinet-Spaulding en 2019 lui ont valu plusieurs honneurs. En plus d’avoir été nommé sur l’équipe d’étoiles du RSEQ, il a été élu meilleur joueur défensif de l’année et meilleur joueur de ligne de l’année au Québec. D’un point de vue national, Seinet-Spaulding a aussi été nommé sur la première équipe d’étoiles de U SPORTS.

Et soulignons le fait que le joueur de ligne défensive a remporté le Trophée J.P. Metras, remis au meilleur joueur de ligne de U SPORTS. Tout un exploit!

Seinet-Spaulding est très satisfait de son année 2019.

« Je me suis dit que ça pouvait être ma dernière année et j’étais 100 % en santé, j’avais donc la chance de bien performer », a-t-il dit. « Je me suis dit que je donnerais tout ce que j’avais pour être le meilleur joueur possible et c’est ce que ç’a donné. »

« Je suis arrivé comme un joueur que tout le monde voulait, mais je suis sorti de McGill comme un joueur encore plus performant. Les entraîneurs m’ont beaucoup aidé dans mon développement. »

« Je crois que j’ai laissé ma marque à McGill, définitivement. »

Les choses acquises à McGill, en vue d’une carrière dans les rangs professionnels?

« La discipline et la persévérance », a dit Seinet-Spaulding. « Tout bien faire afin d’être le meilleur joueur possible. Que ce soit durant l’entraînement, du point de vue de la nutrition ou de regarder des vidéos de matchs sur les autres équipes. »

« Tout pour me rendre meilleur. »

Avec ses belles performances dans les rangs universitaires, et ce, bien que la formation de McGill n’ait pas été dominante dans le circuit québécois, Seinet-Spaulding a su démontrer tout son talent et son éthique de travail.

Un style d’athlète que plusieurs équipes de la LCF voudront obtenir, le 30 avril. Mais le joueur de ligne défensive a surtout un style de jeu très polyvalent, ce qui est très recherché dans le circuit canadien.

« Je suis capable de tout faire », a expliqué Seinet-Spaulding. « Jouer contre la course, jouer contre la passe. »

« Une de mes forces c’est aussi la vitesse. Mon exécution rapide. Et aussi de regarder beaucoup de vidéos afin d’améliorer mon QI de football. »

« Je suis arrivé comme un joueur que tout le monde voulait, mais je suis sorti de McGill comme un joueur encore plus performant. »

– Andrew Seinet-Spaulding 

Lorsque je lui ai demandé quels joueurs, dans la NFL ou dans la LCF, l’inspiraient le plus, Seinet-Spaulding n’a pas hésité.

« Je me compare beaucoup, à cause de ma grandeur et de mon poids, à Aaron Donald et j’aime le regarder jouer dans la NFL », a-t-il dit. « Je regarde ses vidéos depuis qu’il est dans la NCAA. Juste sa vitesse et tout… J’essaie de modeler mon jeu sur le sien. »

« Depuis que je suis jeune, j’admire John Bowman. Aussi Anwar Stewart dans le passé. J’ai eu la chance de faire les camps des Alouettes quand j’étais petit et depuis ce temps-là je les admire. »

Bien sûr, n’importe quel joueur de football universitaire voudra remporter la Coupe Grey dans la LCF, mais Seinet-Spaulding ajoute qu’il souhaite être un joueur dominant, sinon le plus dominant.

Gros contrat, mais pourquoi pas? Il faut mettre la barre haute afin d’accomplir de grandes choses.

« Je veux être le plaqueur défensif le plus dominant de la Ligue », a dit Seinet-Spaulding. « J’ai le potentiel pour le faire, beaucoup de gens me l’ont dit. C’est à moi de faire le travail pour le réaliser. »

Il sera intéressant de voir où il aboutira celui-là. En tout cas, si j’étais un directeur général de la LCF, je jetterais un coup d’œil de son côté.