Repêchage
Tour
-
11 mai 2020

Basambombo jouera chez lui, à Ottawa, avec le ROUGE et NOIR

Louis Charland

OTTAWA – Plusieurs belles histoires ont été écrites lors du repêchage 2020 de la Ligue canadienne de football (LCF) et celle du secondeur du Rouge et Or de l’Université Laval Dan Basambombo en fait partie.

Originaire de Kinshasa en République démocratique du Congo, Basambombo a grandi à Ottawa, au Canada. C’est sa maison, le lieu où il se sent bien, où il se sent chez soi.

Le secondeur du Rouge et Or Dan Basambombo (28) a connu la meilleure saison de sa carrière univertaire en 2018, lui qui a été élu sur l’équipe d’étoiles du RSEQ (Yan Doublet).

Il a donc été enchanté de constater que le ROUGE et NOIR d’Ottawa l’avait sélectionné au deuxième tour (19e choix au total et choix territorial), au cours de l’encan canadien du 30 avril dernier, lui qui suivait le tout avec sa mère et son père, dans sa demeure de la capitale nationale.

« C’est vraiment quelque chose de spécial, revenir ici à Ottawa, c’est mon confort, c’est ma zone de confort », a dit Basambombo, un athlète de six pieds, un pouce et 232 livres. « Et il y a toujours une plus grande fierté quand tu joues devant les partisans d’où tu as grandi et devant ta famille et tes amis. »

« (J’ai appris la nouvelle) à l’écran et par la suite, l’entraîneur-chef (Paul LaPolice) m’a appelé. J’étais vraiment content et quand j’ai vu mon nom, ma mère sautait de joie et elle vivait beaucoup d’émotions. »

« C’était un moment très spécial, surtout pour ma mère, parce que c’est la première qui a vraiment cru en moi, c’est elle qui me reconduisait à mes premiers entraînements quand j’ai commencé le football. Elle a vraiment pu voir mon parcours dès le début, et ce, jusqu’à maintenant. »

« De la voir avec cette joie, ça m’a ému moi-même. C’était un beau moment en famille. »

En plus de la chaleureuse réaction de sa famille, son téléphone n’a pas dérougi, lui qui recevait des messages de ses amis, le félicitant pour sa sélection.

« Mon téléphone n’a pas arrêté jusqu’à au moins 2 ou 3 h du matin », a dit Basambombo. « J’ai eu des appels de partout, mes entraîneurs de Laval m’ont aussi envoyé des messages textes, des amis, des appels à gauche et à droite. »

« Beaucoup de mots d’encouragement, beaucoup de mots de félicitations et beaucoup d’amour surtout. J’ai ressenti beaucoup d’amour cette soirée-là. »

Fait à noter, Basambombo n’a pas pu participer à sa quatrième année – la saison 2019 – avec Laval, lui qui a eu des difficultés scolaires. Il a donc été agréablement surpris de voir qu’Ottawa avait tout de même décidé de le repêcher aussi tôt.

« J’étais vraiment surpris », a-t-il dit. « Mais j’avais tout de même parlé à plusieurs équipes, en fait j’avais parlé à pas mal toutes les équipes de la LCF et plus on approchait (du repêchage), plus l’intérêt augmentait. »

« Et lorsque c’est arrivé, c’était le scénario idéal pour moi. »

Avant de rater la saison 2019, le gaillard de 22 ans avait connu la meilleure campagne de sa carrière universitaire en 2018, cumulant 24 plaqués solos et 15 plaqués assistés, tout en réalisant deux sacs du quart, un échappé provoqué et un échappé recouvré. Cette même année, Basambombo avait été nommé sur l’équipe d’étoiles du RSEQ.

Et en mai 2019, il avait reçu une invitation au Défi Est-Ouest.

Maintenant, il devra mettre tout ça derrière lui pour se concentrer sur la prochaine étape : réussir à se tailler une place dans l’alignement du ROUGE et NOIR.

« Comme je l’ai toujours dit, partout où je passe, j’essaie d’avoir un impact », a dit Basambombo. « Avec le ROUGE et NOIR, comme j’ai dit à “coach LaPolice”, je veux collaborer au succès de l’équipe. Je ne sais pas quel sera mon rôle dès le départ, mais tout ce qu’on va me donner comme travail, je vais le faire à 110 %. »

« Je préfère ne pas trop parler, mais le démontrer à travers mes actions. Je dirais que… Vous allez voir », a-t-il ajouté, en riant.

Oui, nous allons voir. Nous observerons bien sûr son cheminement et son évolution dans les rangs professionnels.

« C’est vraiment quelque chose de spécial, revenir ici à Ottawa, c’est mon confort, c’est ma zone de confort. Et il y a toujours une plus grande fierté quand tu joues devant les partisans d’où tu as grandi et devant ta famille et tes amis. »

– Dan Basambombo

Un élément qui l’aidera assurément à s’adapter rapidement dans son nouvel environnement, c’est de retrouver ses anciens coéquipiers du Rouge et Or Adam Auclair et Kétel Assé, qui ont été repêchés respectivement au sixième et au 65e rang par le ROUGE et NOIR.

« Adam Auclair, je lui ai parlé la même soirée (du repêchage) et Kétel Assé aussi », a dit Basambombo. «Venant de la même équipe, durant le repêchage, nous sommes restés en contact continu. »

« Et lorsque Adam est sorti aussi tôt avec le ROUGE et NOIR, j’étais vraiment content pour lui. Je le trouvais chanceux d’avoir été repêché par Ottawa et pas longtemps après, ça m’est arrivé à moi aussi. On se disait “Est-ce que c’est vrai? Est-ce que c’est vraiment ça qui est arrivé? ” »

« Un peu plus tard, Kétel est sorti aussi… Et encore avec le ROUGE et NOIR. C’était vraiment spécial. On se retrouve donc les trois avec le ROUGE et NOIR. C’est quelque chose… »

Si nous connaissons déjà l’existence de la “French Mafia” au sein du ROUGE et NOIR, il y aura possiblement une nouvelle “Laval Mafia” qui intégrera la formation de la capitale nationale. Et celle-ci pourrait faire concurrence à la “Carabins Mafia” des Alouettes de Montréal.

Tout ceci ne pourra qu’enflammer la rivalité qui existe déjà entre Montréal et Ottawa dans le circuit Ambrosie.

Et c’est ce que nous souhaitons voir en tant que partisans.