22 juin 2020

À la suite de son opération, Mitchell se sent prêt à jouer

La Presse canadienne

CALGARY – Le quart-arrière vedette des Stampeders de Calgary Bo Levi Mitchell n’en était pas à sa première blessure, mais il avait toujours trouvé le moyen de revenir au moment opportun.

Avant le début de la saison 2019, l’athlète de 30 ans n’avait raté qu’une seule rencontre depuis son entrée dans la Ligue canadienne de football (LCF) en 2012.

Le joueur par excellence de la LCF en 2018 et le joueur par excellence de la Coupe Grey de la même année nageait donc dans l’inconnu lorsqu’il a été placé sur la liste des joueurs blessés pour six matchs à la suite de sa blessure subie lors de la semaine 3 d’activités dans la LCF en 2019, contre les Lions de la Colombie-Britannique.

Malgré sa blessure, le quart des Stamps Bo Levi Mitchell a connu une très bonne saison 2019 (The Canadian Press).

Mitchell avait participé à la majeure partie du match. Sa blessure sans contact est survenue avec un peu plus de trois minutes à faire au quatrième quart. Avec les Stamps qui tentaient de revenir de l’arrière, le pivot substitut Nick Arbuckle les a aidés à vaincre les Lions 36-32 – Eric Rogers a marqué le touché de la victoire avec 42 secondes à faire au match.

Après la rencontre, Mitchell a été placé sur la liste des blessés, lui qui avait subi une blessure aux pectoraux. En plus de tenter de revenir au jeu le plus rapidement possible, le temps passé sur les lignes de côté l’a fait réfléchir.

« J’ai beaucoup plus de respect pour les gars qui ont passé du temps sur la liste des blessés », a dit Mitchell. « Pendant la saison, on est tellement concentrés sur ce que nous devons accomplir… Pendant les matchs et les entraînements. »

« Je crois que ce que nous oublions souvent c’est le fait que beaucoup de nos coéquipiers vivent autre chose. Ce genre de choses qu’il y a dans nos têtes lorsque nous subissons une blessure qui nous oblige à être à l’écart du jeu. C’est difficile. Tous les athlètes le vivent à un moment donné dans leurs carrières. Ça ne m’était jamais arrivé avant. Je me suis donc demandé si j’avais ignoré ces joueurs, si je les avais écoutés ou si je n’étais concentré que sur mes propres affaires. »

Arbuckle était l’homme de la situation pendant la convalescence de Mitchell et il a pu aider l’équipe à demeurer dans la course. Le joueur de 26 ans a conservé une fiche de 4-3 en tant que partant, en plus de cumuler de bonnes statistiques à travers les airs.

Alors qu’il tentait de se prouver sur le terrain, Mitchell poursuivait son processus de guérison. Et sa condition s’améliorait de semaine en semaine.

Son objectif était de revenir au jeu au cours de la semaine 11 contre les Alouettes de Montréal, mais en vain…

Il a été dans l’obligation de rater la partie contre Montréal, mais il tentait un autre retour au jeu au cours de l’affrontement classique de la fête du Travail, contre les Eskimos d’Edmonton.

Lors de son retour, Mitchell a su être meilleur que son vis-à-vis Trevor Harris, cumulant 263 verges de gains aériens et un touché, complétant 67 % de ses passes.

À la suite de ce match, Mitchell a poursuivi sa route vers un rétablissement à 100 % afin de retrouver son rythme habituel de domination et les Stamps se sont remis à gagner. Ils ont pu remporter sept de leurs neuf derniers matchs, se mettant en bonne position pour le titre de la division Ouest. Mais la Saskatchewan voyait les choses autrement.

Peu importe, les Stamps ont accueilli la demi-finale de l’Ouest contre les Blue Bombers de Winnipeg avec une chance de se rendre encore une fois à la Coupe Grey. Mais la défaite s’est montré le bout du nez au McMahon Stadium.

Alors qu’il n’a pu jouer que 11 matchs en 2019 – le total le plus bas de sa carrière —, Mitchell a tout de même terminé l’année avec une fiche de 3464 verges de gains aériens et 19 touchés.

« Lorsque je suis revenu au jeu, je crois que je n’étais pas à l’aise à 100 % au cours de mon tout premier match », a dit Mitchell. « Par la suite, pour les quatre ou cinq matchs suivants, je dirais que j’ai probablement joué mon meilleur football. »

« Mais ce n’était pas facile de ne pas savoir comment mon corps allait réagir à chaque match. »

« C’était drainant mentalement de ne pas savoir le jour du match ou pendant l’entraînement si j’allais être en mesure d’amorcer la rencontre suivante. »

La saison morte n’a pas été de tout repos pour le quart-arrière. Dans le but d’être prêt pour la prochaine saison, Mitchell s’est fait opérer à l’épaule en décembre dernier.

Pendant sa convalescence, il s’est appuyé sur l’expérience de ses collègues Matt Nichols et Travis Lulay, alors qu’eux avaient connu ce genre de situation.

Mitchell travaille fort dans le but d’effectuer un retour au jeu, lui qui lance entre 60 et 70 ballons par semaine.

Il estime que si la saison avait bel et bien commencé, il aurait été derrière le centre pour les Stamps.

En plus de sa convalescence, Mitchell a aussi restructuré son contrat en vue de l’ouverture du marché des joueurs autonomes de la LCF en février dernier. Il voulait que Calgary ait plus de place sur la masse salariale afin de pouvoir garder le plus de joueurs possibles, tout en lui permettant de se faire opérer.

« Mon agent n’était pas la personne la plus heureuse lorsque je lui ai fait part de mon idée », a dit Mitchell, en riant. « La carrière d’un athlète n’est pas si longue que ça et vous voulez faire le plus d’argent possible pendant cette période. Mais j’ai des objectifs à atteindre dans cette Ligue et je veux y laisser un bel héritage. »

« C’est un sport d’équipe. Alors, faire en sorte que l’équipe soit en bonne posture sera toujours quelque chose de positif et qui agrémentera l’ambiance dans le vestiaire. »


 
En préparation à une possible saison écourtée, Mitchell est de retour à Calgary et il a eu la chance de retourner au McMahon Stadium pour la première fois en 2020.

Les joueurs des Stamps ainsi que le personnel d’entraîneurs ont eu l’autorisation de retourner dans les infrastructures d’entraînement de l’équipe, mais dans de petits groupes. Aux côtés de Mitchell, les receveurs Hergy Mayala et Andres Slagado étaient de retour également.

Parmi les nouveaux venus sur l’unité offensive, Mitchell est très heureux et excité d’être réuni à Marquay McDaniel. L’ancien des Stamps est de retour dans l’organisation en tant qu’entraîneur des receveurs en 2020.

Avec son épaule qui va mieux, Mitchell est prêt à faire des flammèches en attaque, alors que les Stamps ont du talent à revendre chez les receveurs, en plus d’avoir plusieurs belles options au sol. La ligne offensive a été améliorée, ce qui veut dire que l’un des meilleurs quarts de la Ligue aura plus de temps pour décocher ses passes.

D’après un article d’Austin Owens, paru sur CFL.ca