25 juin 2020

Bombers : Demski de retour au travail au Investors Group Field

Dave Chidley/LCF.ca

WINNIPEG – Nic Demski a cherché à demeurer occuper pendant cette saison morte prolongée.

Comme la plupart d’entre nous depuis le début de la pandémie en mars dernier, le receveur des Blue Bombers de Winnipeg a cherché des choses à faire pour s’occuper et passer le temps.

Récemment, il a suivi des cours de religion afin de terminer son baccalauréat. À Winnipeg, où il vit toute l’année, les restrictions ont été suffisamment assouplies pour qu’il puisse retourner au Investors Group Field pour s’entraîner en attendant la décision sur le début de la saison 2020.

Bien qu’il soit de retour dans un endroit familier, les choses ne sont pas encore complètement revenues à la normale. Des restrictions et des mesures de sécurité ont été mises en place pour tout athlète ou membre du personnel d’entraînement qui entre dans l’établissement.

« Nous sommes de retour au travail, mais ce n’est évidemment pas dans des circonstances normales », a confié Demski, au téléphone, la semaine dernière. « Il y a des restrictions; je pense qu’il ne peut y avoir que deux ou trois joueurs à la fois. Mais on s’en va dans la bonne direction. »

Demski et les Bombers célèbrent leur victoire à la Coupe Grey aux dépens des Tiger-Cats de Hamilton (Johany Jutras/LCF.ca)

Comme plusieurs joueurs de la LCF ont dû le faire au cours des trois derniers mois, Demski, privé d’un accès aux installations d’entraînement réguliers, a dû faire preuve de créativité dans sa préparation en prévision de la prochaine saison. Ainsi, le joueur de 26 ans a profité d’un ami près de chez lui pour suivre ses séances d’entraînement. Il avait également son propre équipement à la maison.

« Heureusement, mon ami qui habite un peu plus loin sur ma rue possède un grand gymnase à domicile », a-t-il expliqué. « J’ai donc pu aller m’entraîner. J’ai aussi des bandes et des poids libres chez moi. »

La plupart des joueurs aiment suivre une routine pour leurs entraînements pendant la saison morte. Certains continuent d’ailleurs à s’entraîner avec la même intensité dès le moment où la saison précédente se termine. D’autres prennent une certaine pauser afin de laisser leur corps se reposer. De son côté, Demski aime commencer à se donner à fond environ trois mois avant le début de la saison.

Au cours d’une année normale, il augmente ainsi l’intensité de ses entraînements vers la fin du mois de février ou au début du mois de mars. Mais cette année est loin d’être normale, et il a dû changer sa routine pour refléter le tout. Alors que nous approchons de la fin du mois de juin, ses séances d’entraînement sont maintenant à une intensité similaire à celle de ceux qu’il tient habituellement au début du printemps, s’assurant ainsi d’être prêt peu importe le moment où la prochaine saison commencera.

« Avec cette incertitude, vous ne saviez tout simplement pas quand vous devriez atteindre un pic ou quand vous devriez vraiment recommencer à vous entraîner vigoureusement », a-t-il mentionné. « Il y a tellement d’aspects, tellement de choses qui sont intégrés aux entraînements. J’essayais donc juste d’être cohérent et de travailler un peu plus chaque jour. »

« Ça faisait du bien. Honnêtement, avec le gymnase au sous-sol, je n’ai pas trop perdu de ma routine. »

D’après un texte de Kristina Costabile publié sur CFL.ca.