20 juillet 2020

Cinq moments clés de la saison magique des Lions en 2011

Geoff Howe/CFL.ca

VANCOUVER – Le chemin des champions de la Coupe Grey 2011, les Lions de la Colombie-Britannique, restera dans les annales de l’histoire pour toujours. D’un début de saison avec une fiche de 0-5 jusqu’à une incroyable deuxième moitié de campagne qui a été soulignée, entre autres, par la réouverture d’un BC Place rénové, la route vers le championnat a connu des hauts et des bas.

Et l’organisation des Lions a très hâte de célébrer la prochaine victoire de la Coupe Grey.

En attendant, voici cinq moments clés qui ont permis au conte de fées de se réaliser, en 2011.

L’entraîneur-chef des Lions Wally Buono soulève la coupe Grey devant les partisans au BC Place (The Canadian Press).

5 août : La première victoire

Au cours de la semaine 6 d’actions dans la Ligue canadienne de football (LCF) en 2011, les Lions avaient l’occasion de se mettre sur le chemin de la victoire, alors qu’ils recevaient les Roughriders de la Saskatchewan (1-4). Bien sûr, une victoire à tout prix dans la LCF, en août, c’est étrange, mais avec une défaite, les Lions auraient montré une fiche de 0-6 et les quatre points séparant la C.-B. des Riders auraient sans doute été difficiles à surmonter. L’équipe locale a fait ce qu’elle avait à faire. Geroy Simon – qui d’autre?! – a capté sept passes, pour des gains de 134 verges et un touché, dans une victoire des siens, par la marque de 24-11.

Arland explose à Edmonton

L’arrivée de Bruce au cours d’une transaction avec les Tiger-Cats de Hamilton, lors de la semaine de repos, tard au mois de juillet, a été très importante. À la suite d’une défaite contre Winnipeg, la fiche des Lions était de 1-6. Bruce et la formation de la côte ouest a par la suite envahi la capitale de l’Alberta avec le même sentiment d’urgence qu’il y a deux semaines.

Bruce a été la vedette du match dans cette victoire écrasante des Lions par la marque de 36-1, contre les Esks, captant neuf passes, pour des gains de 129 verges et deux touchés. Mais le front défensif des Lions n’avait pas donné sa place non plus, lui qui avait réussi huit sacs aux dépens de Ricky Ray. La fiche des Lions était maintenant de 2-6. Cette victoire a été un catalyseur pour le reste de la saison…

6 octobre : McCallum choque les Stamps

Fait à noter. L’année 2011 a été la seule saison où les Stampeders de Calgary ont terminé sous la deuxième place dans l’Ouest entre 2008 et 2019, sans avoir l’avantage du terrain en matchs éliminatoires. Paul McCallum mérite beaucoup de crédit pour cet exploit. Une semaine après un retour au BC Place rénové et à la suite d’une victoire de 33-24 contre Edmonton, les nouveaux Lions revendiquaient une fiche de 7-6 et était dans une séquence de six gains d’affilée. La visite des Stamps semblait être, à première vue, un duel difficile. Et ça sentait la défaite à la suite d’un retour de botté de précision raté — par McCallum —, sur une distance de 122 verges pour le touché, de la part de Larry Taylor, alors qu’il ne restait que 5 min 8 s à faire au match.

Calgary était en avance 31-30. Toutefois, Travis Lulay et son attaque ont pu donner à McCallum un très bon positionnement sur le terrain afin d’arracher la victoire, alors qu’il n’y avait plus de temps au cadran. Et le botteur des Lions s’est racheté, donnant la victoire aux siens avec un botté de précision de 53 verges. La foule était en délire! Les Lions et les Stamps avaient maintenant une fiche de 8-6. Un gain très important…

5 novembre : La première place à leur portée, mais avant, les Alouettes

Alors que les Lions pouvaient terminer au premier rang de l’Ouest, méritant ainsi une semaine de repos avant la finale de division, la Coupe Grey était dans leur mire. Avant toute chose, ils devaient s’occuper d’Anthony Calvillo et des Alouettes de Montréal, eux qui avaient remporté la Coupe Grey en 2009 et en 2010.

L’équipe locale a traité ce duel comme un match éliminatoire, pulvérisant les Als 43-1. Andrew Harris avait capté trois des quatre passes de touché et Dante Marsh récoltait sa 23e interception en carrière. Le tout s’est soldé en une égalité à trois avec les Stamps et les Esks, alors que les trois formations revendiquaient des fiches de 11-7. Les Lions ont pu s’emparer de la première place en vertu de leur fiche de 5-1 contre ses rivaux de l’Ouest. Le vrai travail commençait…

20 novembre : La finale de l’Ouest – cours, Lulay, cours!

À la suite d’une semaine de repos bien méritée, Lulay et ses coéquipiers se préparaient à affronter les Esks pour une cinquième fois depuis la mi-juillet. Bien que leur séquence de 11-1 ait été impressionnante, les Lions savaient que tout cela ne valait plus rien en matchs éliminatoires. Une semaine avant qu’il ne soit nommé joueur par excellence de la LCF, le quart-arrière partant de première année avait complété 20 de ses 27 passes, pour des gains de 293 verges et deux touchés. Mais le moment le plus important de cette victoire de 40-23 aura été le touché au sol de 61 verges de Lulay, ce qui mettait le match hors de portée des Esks, avec un peu plus de six minutes à faire. Et il a payé le prix! Le quart des Lions a subi une blessure à l’aine au cours de ce jeu, mais rien au monde ne l’a empêché de participer à la 99e Coupe Grey, la semaine suivante.

D’après un article de Matt Baker, paru sur CFL.ca