Repêchage
Tour
-
22 avril 2021

Repêchage : Quelles sont les options des Ticats au premier rang?

University of Iowa Athletics

TORONTO – La dernière année a apporté son lot de changements. Néanmoins, lorsque les équipes de la Ligue canadienne de football (LCF) prendront part au repêchage du circuit, le 4 mai prochain, elles se retrouveront dans un environnement se rapprochant somme toute près de la bonne vieille normalité.

Le repêchage de la LCF a toujours été tenu de façon virtuelle, les équipes participant à une téléconférence et, l’une après l’autre, confirmant leurs sélections auprès des dirigeants de la Ligue. Évidemment, plutôt que d’y parvenir en étant tous rassemblés dans la même pièce, les directeurs généraux, les entraîneurs et les dépisteurs de chaque club devront en venir à un consensus via visioconférence, mais le processus lors de la journée du repêchage n’est pas si différent que par le passé.

Quand s’amorcera l’encan du 4 mai, les Tiger-Cats se retrouveront, pour plus d’une raison, en terrain familier. Pour la deuxième fois en trois ans, Hamilton profitera du premier choix au total. Par contre, cette année, gageons que la formation ontarienne souhaite que le tout se déroule mieux que la dernière fois.

En 2018, les Ticats ont choisi le receveur Mark Chapman au premier rang au total. Sur papier, le produit de l’Université Eastern Michigan était le candidat idéal. Chapman était perçu comme un joueur talentueux qui allait ajouter de la profondeur à une équipe en pleine ascension. Il avait aussi le potentiel d’avoir un impact immédiat ou, du moins, de devenir l’un des gros morceaux du club pour des années à venir.

Mark Chapman a démontré tout son potentiel lors du camp d’évaluation de 2018, prouvant qu’il méritait d’être le premier choix d’un repêchage. Toutefois, il n’a jamais mis les pieds dans la LCF (Johany Jutras/LCF.ca)

Malheureusement, rien de tout cela ne s’est matérialisé. Après que les deux parties aient été incapables de s’entendre sur les modalités d’un contrat, Chapman a passé du temps avec les Broncos de Denver puis s’est entendu avec un club de l’Alliance of American Football League, mais ne l’a jamais rejoint, puisque la ligue a fait faillite.

La situation de Chapman s’est terminée de la pire façon possible pour Hamilton, qui a gaspillé un choix, le premier au total de surcroît, pour repêcher un espoir qui n’a finalement jamais enfilé l’uniforme de l’organisation. Cependant, l’absence de Chapman ne s’est jamais réellement fait sentir, puisque les Ticats ont affiché un dossier de 8-10 et ont participé à la finale de l’Est, en 2018. Et, en 2019, l’équipe a compilé une fiche de 15-3 – la meilleure de son histoire – et a atteint le match de la Coupe Grey.

Bien que le repêchage 2021 de la LCF soit accompagné de son lot de défis – les athlètes de U SPORTS n’ont pas joué en 2020 –, Hamilton voudra assurément tirer profit de la situation dans laquelle l’organisation se retrouve. Il aurait été étonnant de voir les Ticats prendre le dernier rang de la LCF s’il y avait eu une campagne en 2020. Ainsi, le fait d’avoir remporté la loterie présente une opportunité inouïe.

Si vous êtes Drew Allemang et Shawn Burke, les codirecteurs principaux du personnel et cogestionnaires des opérations football des Ticats, que faites-vous avec le premier choix au total?

La réponse semble prévisible, mais regarder à renflouer votre ligne offensive semble un bon point de départ.

Les Ticats ont choisi de se départir du vétéran centre Mike Filer, une décision difficile que le club a prise quelques heures avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes cette année. Le poste de centre est presque toujours occupé par un joueur national, et ce rôle est d’une importance capitale.

D’un côté de la ligne offensive, on retrouve le joueur de ligne offensive par excellence en titre du circuit, Chris Van Zeyl, comme bloqueur à droite. Il a prouvé en 2019 qu’il était toujours l’un des meilleurs de la Ligue à sa position, mais il ne le sera pas éternellement. Van Zeyl aura 38 ans lors de sa quête d’une troisième coupe Grey en carrière.

Hamilton pourrait utiliser le premier choix au total pour sélectionner un joueur de ligne offensive, indépendamment de sa position. Alaric Jackson de l’Université de l’Iowa est le meilleur candidat comme bloqueur, mais les Ticats devraient possiblement attendre de voir ce que le colosse de six pieds, six pouces et 315 livres originaire de Windsor, en Ontario, pourra accomplir dans la NFL. Le bloqueur de l’Université de Calgary Logan Bandy est une autre option, tout comme Sage Doxtater de l’Université New Mexico State. Au centre? Il ne faut pas oublier que les Ticats possèdent aussi le neuvième choix au total du repêchage de cette année, le dernier choix qu’ils ont obtenu en échangeant le quart-arrière Johnny Manziel aux Alouettes de Montréal. À ce rang, le centre de l’Université de Syracuse Patrick Davis semble le candidat idéal.

Mais peut-être que Hamilton voudra renflouer sa ligne défensive avec le premier choix au total, en sélectionnant un joueur comme l’ailier défensif de l’Université NC State Daniel Joseph, par exemple.

Si les Ticats souhaitent obtenir un receveur avec le premier choix au total, les deux meilleurs candidats au sein du plus récent classement du bureau de recrutement de la LCF proviennent de la NCAA : Josh Palmer de l’Université du Tennessee et Terrell Jana de l’Université de la Virginie. Comme Jackson, Palmer risque de faire partie d’un camp d’entraînement de la NFL cet été. Ainsi, si Hamilton le réclame au premier rang, c’est que le club l’aime vraiment beaucoup, ou que Allemang et Burke sont à l’aise avec le fait de sacrifier un choix dans l’espoir qu’il y ait une chance, un jour, qu’il choisisse de se joindre à l’équipe.

Si l’on retourne en défense, d’autres options intéressantes seraient le secondeur de l’Université de l’Oklahoma Amen Ogbongbemiga et le demi défensif de l’Université de l’Oregon Jevon Holland.

Comme vous pouvez le constater, les Tiger-Cats ont l’avantage de profiter d’énormément de flexibilité en amont du repêchage de cette année. Ils pourront choisir un joueur qu’ils pensent voir contribuer dès cette année, un joueur qu’ils pourront préparer à jouer un rôle clé d’ici quelques années ou un joueur qui passera du temps dans la NFL avant d’éventuellement – on leur souhaite – rejoindre l’équipe. Lors d’une année inhabituelle, il s’agit d’une position enviable.

D’après un article de Chris O’Leary publié sur CFL.ca.