Menu
14 mai 2024

Une question pour 2024 : À quoi s’attendre de Jake Maier du côté des Stamps?

Jamie Douglas/LCF.ca

CALGARY – En 2022, on pensait que Jake Maier avait franchi l’étape la plus difficile.

Nouveau venu, il avait réussi ce que plusieurs jugeaient impensable en début de campagne : il avait supplanté Bo Levi Mitchell à titre de partant de l’équipe, obtenant même une prolongation de contrat au passage.

Par la suite, toutefois, le niveau de difficulté a semblé augmenter. Il y a une pression singulière qui accompagne le fait d’être le quart-arrière au sommet de la charte des positions à l’ouverture du camp d’entraînement. Les coordonnateurs défensifs des quatre coins de la Ligue peuvent se concentrer à contrer ce que vous faites de bien, ce qui vous semble être facile à accomplir. Si vous disputez les 18 matchs de la saison régulière, comme ce fut le cas pour Maier l’an dernier, vous vivrez chacun des hauts et des bas qui accompagnent le fait d’avoir été identifié comme le visage de la franchise.

Cette première année en tant que partant à temps plein peut être un obstacle en soi.

LIENS CONNEXES
» Benjamin Labrosse, quatrième choix au total, s’entend avec les Stampeders
» Neuf batailles à surveiller lors des camps d’entraînement
» Stampeders : Cinq éléments à retenir en vue de la saison 2024
» Plus de nouvelles des Stampeders de Calgary

« Que tu gagnes ou que tu perdes. Si vous perdez, le quart-arrière est blâmé; si vous gagnez, le quart-arrière est glorifié », a souligné le receveur étoile des Stampeders Reggie Begelton à LCF.ca lors d’une journée de capture de contenu à Hamilton le mois dernier.

Begelton a été un point positif d’une saison inhabituellement sombre des Stampeders en 2023, le club ayant compilé une fiche de 6-12 et étant parvenu de peine et de misère à se qualifier pour les éliminatoires, pour ensuite être écarté en demi-finale de l’Ouest par les Lions de la Colombie-Britannique. Les 1119 verges sur des réceptions de Begelton représentaient la deuxième fois en six ans de carrière qu’il franchissait le cap des 1000 verges sur des réceptions. Alors que Maier a enduré ses hauts et ses bas – tout comme le reste de la formation des Stampeders, criblée de blessures en 2023 –, les deux avaient clairement bâti une chimie l’un avec l’autre.

L’un des objectifs de l’équipe en prévision de la saison 2024, a confié Begelton, est d’être plus apte à s’adapter et d’être plus ouvert à la communication.

« Jake est venu me voir assez souvent pour essayer de comprendre le tout, parce que je fais partie des vétérans. Cette année, notre objectif est de rendre la majorité de l’équipe simplement transparente, libre de s’exprimer sans que les émotions soient impliquées », a-t-il déclaré.

« Le football est un sport émotionnel, mais, en même temps, vous savez que tout vient du cœur. C’est le (message) le plus important que nous essayons de faire passer cette année. »

C’est une chose sur laquelle les Stampeders ont progressé en fin de saison, lorsqu’ils ont remporté deux de leurs trois derniers matchs pour prolonger la séquence de participation aux éliminatoires de l’organisation à 18 saisons.

Maier a terminé troisième de la Ligue pour les verges par la passe l’an dernier, avec 4244, et a mené la LCF avec 363 passes réussies et 578 tentatives. Son pourcentage de passes complétées de 62,8 % et sa cote d’efficacité de 85,2 se situaient cependant dans la moitié inférieure parmi les quarts-arrière partants, et ses 19 passes de touché ont été atténuées par ses 15 interceptions. Les 33 touchés offensifs des Stampeders constituaient le deuxième plus faible total de la LCF l’an dernier.

Begelton s’est empressé d’ajouter qu’une grande partie des problèmes de son équipe en 2023 provenaient d’une surabondance de blessures chez les receveurs. Malik Henry n’a joué que trois matchs avant d’être blessé. La recrue Clark Barnes a vu sa saison prometteuse écourtée de neuf matchs. Jalen Philpot n’a pas pu mettre les pieds sur le terrain pour sa deuxième saison. Pas un seul receveur des Stampeders n’a disputé 18 matchs complets en 2023.


 
« Beaucoup de gens peuvent voir que nous avons été décimés par les blessures l’année dernière », a déclaré Begelton. « Dans les matchs que nous avons perdus, nous n’avons pas été déclassés. Nous avons eu ce match en Colombie-Britannique où nous avons été rossés, mais à part ça, nous ne nous sommes pas vraiment fait piétiner. Quand je repense à tous les blessés, ça fait assez peur. »

« Chaque année est différente. Il y a des années où… vous ne comptez que très peu de joueurs blessés et vous êtes l’équipe qui bat tout le monde. Et il y a des années où vous êtes décimés par les blessures. C’est pourquoi, lorsque vous êtes dans ces années où tout va bien, vous devez exprimer votre gratitude et ressentir cette urgence de gagner, parce que vous ne savez pas à quoi ressemblera l’année prochaine. »

Les Stampeders ont été l’équipe à battre dans la LCF au cours de la dernière décennie, avec une fiche de 132-46-2 de 2010 à 2019. Le fait que le club ait affiché son pire dossier depuis la saison 2002 et qu’il ait mis en péril sa séquence d’apparitions en éliminatoires était pour le moins une leçon d’humilité, mais Begelton a vu un potentiel de croissance l’année dernière, sur la base de la poussée du club en fin de saison. Cet élément et le fait que certains joueurs en bonne santé réintégreront la formation devraient faire de cette édition des Stampeders une équipe différente cette année.

« C’est ce qui nous motive tous individuellement : quelle équipe pourrons-nous être lorsque tous ces joueurs sauteront sur le terrain, en santé? »

« Pensez-y. Jalen, Clark et Malik. Ces gars-là, chaque fois que le ballon est entre leurs mains – et nous allons le leur remettre – ils marquent probablement. Le simple fait de penser à avoir tous ces joueurs sur le terrain c’est excitant. Je me fiche d’être le gars qui fait partie des faits saillants et qui marque des touchés. Tant que je peux garder l’attaque de notre équipe sur le terrain et déplacer les chaîneurs… Et mes coéquipiers et moi on peut faire tout ça », a-t-il dit en riant. « Je connais mon rôle. »

Même si ses contributions seront en attaque, Begelton aime l’ajout de Demerio Houston à la tertiaire et ce que le tandem de secondeurs composé de Micah Awe et de Cameron Judge apporte pour diriger la défense des Stampeders.

« Je pense que notre défense va être vraiment, vraiment, vraiment bonne cette année », a-t-il déclaré. « Nous avons des vétérans et du leadership de ce côté du ballon, ce qui va nous faire gagner des matchs, sans oublier que la défense remporte des championnats. C’est ce qui m’excite : si chaque côté du ballon peut jouer solidement, alors nous avons une chance. »