2 novembre 2018

La préparation abaisse le nombre de pénalités

LCF.ca

TORONTO – Pour les équipes de la LCF, une saison fructueuse repose sur le travail assidu et acharné de quarts-arrière et d’entraîneurs. Tout comme sur les joueurs, qui ressentent encore les effets de la dernière partie, mais qui ne négligent aucun effort lors des entraînements. Sans compter les receveurs remplaçants qui restent après la pratique pour répéter les tracés avec les quarts-arrière substituts pour parer à toute éventualité. Ou encore le demi défensif qui délaisse sa manette de jeux vidéo pour visionner d’autres séquences sur son iPad.

Dans la deuxième partie de notre série discipline avec Placements AGF, nous abordons la question de la constance tant sur le terrain qu’à l’extérieur de celui-ci, de même que son rôle pour les équipes élites de la LCF qui réussissent à se démarquer et à se tailler une place en éliminatoires. Après tout, la constance est un des aspects les plus importants du football, et elle doit venir du for intérieur de chaque joueur membre d’une équipe qui remporte des championnats.

Alors que la saison régulière tire à sa fin, les Blue Bombers de Winnipeg incarnent parfaitement ce concept.

Dans la division Ouest, au sein de laquelle les équipes se livrent une chaude lutte, les Bombers remarquent que la constance et la discipline les aident dans leur quête.

Les Bombers entament la semaine 21 de la saison en tant qu’équipe la moins pénalisée. Les arbitres ont en effet lancé leur mouchoir à 99 reprises, ce qui représente un total de 932 verges perdues. Calgary, l’équipe qu’ont battue les Bombers vendredi soir pour se tailler une place en éliminatoires, arrive tout juste derrière en ce qui concerne les pénalités, avec 106 mouchoirs, représentant 1039 verges. À l’autre bout du spectre, il y a les Alouettes de Montréal avec une fiche de quatre victoires et 13 défaites. L’équipe a été pénalisée 152 fois cette année et a ainsi perdu 1571 verges de terrain, soit le pire résultat de la ligue. L’équipe s’est ressaisie dimanche, n’obtenant que cinq pénalités pour un total de 45 verges, ce qui est nettement mieux que la moyenne de 8,9 pénalités totalisant 92,4 verges par partie cette année.

Pour gagner, la discipline va au-delà du nombre de mouchoirs lancés pendant une partie et des verges ainsi perdues.

Même si cela n’est jamais facile, maintenir le niveau élevé d’entraînement et d’exécution malgré les classements et le tableau de pointage s’avère toujours payant. Les Bombers l’apprennent tandis que la saison régulière tire à sa fin. L’équipe a connu sa part de hauts et de bas cette année. Elle a commencé la saison sans son quart-arrière partant, Matt Nichols, et a dû compter sur la recrue Chris Streveler. Une fois Nichols prêt à revenir au jeu à la semaine 4, Winnipeg a remporté quatre parties sur cinq, pour ensuite en perdre quatre de suite et obtenir une fiche de cinq victoires et sept défaites.

Lorsque les gens ont commencé à se demander si la saison filerait entre les doigts de l’équipe, les Bombers sont revenus aux sources. Ils ont continué de fournir les mêmes efforts que ceux déployés depuis le début de la saison, même pendant leur difficile séquence de défaites. Il en a découlé une série de cinq victoires essentielles, survenues tout juste au bon moment. Ayant assuré sa troisième présence consécutive en éliminatoires, les Bombers forment une équipe solide, au sommet de son art au moment où cela compte réellement.

Plus tôt cette saison, Darren Cameron, directeur principal des relations publiques et des relations avec les joueurs des Bombers a donné un aperçu de la façon dont Nichols mène par l’exemple.

Avant la partie des Bombers contre Calgary, le secondeur de Winnipeg Jovan Santos-Knox a confié au Bluebombers.com que le degré de minutie au sein de son équipe était quelque chose qu’il n’avait jamais vu. Toute une déclaration venant d’un joueur ayant passé quatre années dans l’équipe de l’Université du Massachusetts et ayant effectué un séjour avec les Eagles de Philadelphie dans la NFL avant de se joindre à la LCF en 2017. Il a parlé de l’engagement total envers le football et d’une organisation complète : joueurs, entraîneurs et personnel, tous sur la même longueur d’onde.

Cette année, la course aux éliminatoires est incroyablement serrée. En début de semaine 19, 64 scénarios différents étaient toujours possibles. La situation est devenue un peu plus claire à la semaine 20, et les Bombers sauront qui sera leur adversaire à la fin de la saison régulière cette semaine. Dans ces éliminatoires qui arrivent à grands pas, ce seront les équipes les plus disciplinées, tant lors des parties qu’au cours des journées qui les précéderont, qui l’emporteront.

D’après un article de Chris O’Leary publié sur le CFL.ca.