Politique de confidentialité

Veuillez noter que la politique de confidentialité de ce site web a récemment été mise à jour. Cliquez ici pour en savoir plus.

29 août 2019

L’étoile de Fajardo pourrait briller encore plus fort en fin de semaine

Arthur Ward/LCF.ca

REGINA – Le quart-arrière Cody Fajardo coche toutes les cases pour devenir l’un des favoris des partisans en Saskatchewan.

Il gagne plus de matchs qu’il n’en perd.

Il a réussi plus d’un gros jeu spectaculaire.

Il a gagné le cœur des partisans avec son expression « pincée de Jésus » et son amour pour les saucisses fumées enrobées de pâte à frire pour célébrer une victoire.

Ceux qui le rencontrent à l’extérieur d’un stade sont impressionnés par sa gentillesse et par sa personnalité.

Il ne reste que deux cases à cocher.

Gagner le match de la fin de semaine de la fête du Travail L’Équipeur.

Gagner la Coupe Grey.

Si Cody Fajardo considère qu’il est une étoile en Saskatchewan en ce moment, son vedettariat sera amplifié s’il parvient à mener les Roughriders à une victoire aux dépens des Blue Bombers de Winnipeg, et il le sera encore plus s’il est capable de mener les siens vers le premier rang de la division Ouest.

Et s’il a un penchant pour le drame, une longue course pour un touché en fin de rencontre – comme il l’a fait plus tôt cette saison – lui permettrait de faire partie de l’histoire des Riders aux côtés de Kerry Joseph et de Rocky Butler.

Fajardo et les Riders veulent gagner le premier duel d’une série de matchs aller-retour contre les Bombers, dimanche (Arthur Ward/LCF.ca)

Il est étonnant de voir l’importance d’une victoire lors d’un affrontement classique de la fête du Travail ou à quel point de gros jeux comme la course de Joseph en 2007 ou l’aptitude de Butler à gagner tout en étant le quart-arrière numéro trois sont des sujets de discussion dont on parle encore aujourd’hui, comme s’ils dataient d’hier.

Joseph a rejoint l’élite des Riders en étant intronisé à leur Temple de la renommée la semaine dernière, et on lui pose souvent des questions à propos d’un jeu en particulier au cours de sa carrière : « La course », survenue lors d’un match de la fin de semaine la fête du Travail en 2007.

Et si Ian « Rocky » Butler remettait les pieds en Saskatchewan, les partisans lui diraient : « Je me souviens la fois où vous avez gagné lors de la fête du Travail. » Rocky Butler n’a peut-être fait que passer en Saskatchewan, mais ce fut tout un passage : ces trois touchés au sol lors d’une victoire en 2002, en tant que quart-arrière numéro trois, ont anéanti les Bombers.

Les Riders ont connu de moins bonnes saisons en 2011 et en 2015; ces deux campagnes ont entraîné des changements au poste d’entraîneur-chef en amont d’un affrontement lors de la fin de semaine de la fête du Travail. Chaque fois, les Riders ont répondu avec une victoire. Et même si leur saison était à l’eau, ces gains contre Winnipeg lors de la fin de semaine de la fête du Travail ont rendu la pilule plus facile à avaler en Saskatchewan.

Les Riders ont dominé les récents affrontements lors de la fin de semaine de la fête du Travail, remportant 13 des 14 duels les opposant aux Bombers.

Mais nous n’avons jamais assisté au scénario qui se déroulera devant nous ce dimanche.

Depuis l’instauration de cette rivalité annuelle vers la fin des années 1970, ces deux équipes n’ont jamais participé à un match de la fin de semaine de la fête du Travail en occupant les deux premières positions de la division Ouest.

JAMAIS!

En fait, la dernière fois que ces deux clubs ont atteint la fin de semaine de la fête du Travail en occupant les deux premiers rangs de leur division remonte à 1966 – ils ne s’étaient pas affrontés lors du long weekend cette année-là.

Donc, ce match est plus qu’une occasion pour se vanter ou pour offrir du matériel permettant aux partisans d’une équipe de narguer leurs rivaux. La partie de dimanche pourrait déterminer l’équipe qui accueillera la division Ouest; elle pourrait même être un avant-goût de la finale de l’Ouest.


 
Même si les Riders sont favoris – et même si la perte du quart-arrière Matt Nichols (blessure) et du demi offensif Andrew Harris (suspension) du côté des Bombers fait encore plus pencher la balance en faveur de la Saskatchewan –, il y aura plusieurs joueurs talentueux en action lors de la partie de dimanche.

Fajardo soutient qu’il comprend l’importance du match de la fin de semaine de la fête du Travail, puisqu’on lui a parlé de la partie et de l’atmosphère.

Chez les Bombers, on espère que le quart-arrière substitut Chris Streveler pourra vivre un moment comme Rocky Butler en débarquant en Saskatchewan et en menant les siens à la victoire afin d’à jamais faire partie de l’histoire des Bombers.

On le dit souvent : la fiche et le rang au classement ne veulent rien dire lors de la fin de semaine de la fête du Travail. Il s’agit d’un match complètement différent des autres rencontres de la saison régulière.

Et même si Fajardo ne peut pas immédiatement cocher les deux dernières cases sur sa liste de tâches à accomplir en 2019, une victoire, dimanche, permettrait aux Riders se retrouver un peu plus près de leur objectif ultime.

Non, on ne parle pas de l’obtention du trophée remis à la suite du Banjo Bowl. On parle de l’autre trophée, qui sera attribué à Calgary en novembre.

D’après un article de Jamie Nye publié sur CFL.ca.