16 octobre 2019

Alouettes : Jeu de base et rythme éliminatoire

La Presse Canadienne

MONTRÉAL – Vernon Adams Jr. et les Alouettes de Montréal (8-7) tenteront de rebondir, ce vendredi, en accueillant les Argonauts de Toronto (3-12), au stade Percival-Molson (19 h HE).

Le quart-arrière des Alouettes a été victime de quatre interceptions contre les Bombers samedi. Comme le disait nos collègues de RDS pendant le match, Adams semble avoir une confiance aveugle en ses receveurs. En ce sens que depuis le début de la saison, ils font beaucoup d’attrapés contestés, des réceptions dangereuses… Mais spectaculaires.

Et, lors de la semaine 18, ç’a commencé avec Eugene Lewis qui arrache le ballon des mains du demi défensif Winston Rose. Une interception assurée, mais Lewis a sauvé les meubles.

Ouf… C’était assurément spectaculaire.

Et ça s’est poursuivi tout au long du match. Les passes n’étaient pas à point, derrière les receveurs et la dominante défense des Blue Bombers en a profité.

Moins spectaculaire.

Comme plusieurs l’ont dit – et écrit – à la suite de ce revers : il faudra que l’attaque des Alouettes revienne à la base. Un jeu plus concis, plus hermétique. Moins spectaculaire, mais efficace.

De toute façon, la plupart du temps, lorsqu’une équipe ou un joueur sont spectaculaires c’est pour pallier quelque chose. Une erreur. Un retard. Un manque.

« (Au dernier match), nous avons commis beaucoup trop d’erreurs », explique le joueur de ligne offensive des Alouettes Kristian Matte. « Notre attaque était anémique. On avait une bonne séquence et, ensuite, quatre mauvaises séquences. »

« Je ne sais pas pourquoi c’est arrivé. On était confiant au début du match. On était confiant toute la semaine, mais on n’a juste pas bien joué (à Winnipeg). C’était un de nos pires matchs de la saison. Mais, malgré tout, vers la fin de la rencontre, on a eu une chance de revenir. C’est resté serré et ça, c’est bon signe. »

« Parfois, il y avait quelqu’un devant lui (Vernon Adams Jr.) et c’est dur d’avancer le ballon, à ce moment-là », poursuit Matte, concernant les quatre interceptions. « Parfois, on a essayé de forcer un gros jeu. »

Le quart des Alouettes Vernon Adams Jr. a été victime de quatre interceptions, lors du match de la semaine 18, contre les Blue Bombers de Winnipeg (La Presse Canadienne).

Mais, d’un autre côté, les Alouettes ne surprennent peut-être plus. Les adversaires se sont ajustés. Les jeux devront être plus variés. Où sont passés les jeux truqués, doubles et même triples renversés? Le quart-arrière qui reçoit, qui donne au demi offensif, qui donne au receveur et qui lance la passe de touché… La foule est en délire!

Oui, revenir à la base, mais si la base pour les Alouettes était de revenir à des concepts de jeux surprenants?

« On a essayé de faire beaucoup de choses pendant le dernier match », dit Matte. « On a essayé plusieurs formations différentes durant notre semaine de préparation. Quelques jeux différents. »

« Mais il faut revenir à la base », précise Matte, bouclant la boucle. « Refaire les jeux dans lesquels nous sommes bons. Lorsque nous avons certains types de joueurs, il faut utiliser leurs forces. Je crois qu’on a essayé de trop en faire pendant le dernier match. »

Les Argos pour se refaire la main

Cette semaine, les Alouettes devront retrouver leur vitesse de croisière, en vue de la demi-finale de l’Est, le 10 novembre prochain.

Un match face aux Argonauts pourrait être la solution. Mais attention, la troupe de Corey Chamblin ne sera pas une proie facile pour autant, elle qui revient d’une belle victoire de 28-21 face au ROUGE et NOIR d’Ottawa, vendredi dernier.

Mais, honnêtement, avec tout le talent que Toronto possède dans sa formation, je m’attendais à ce que le match soit beaucoup moins serré. Je m’attendais de voir les Argos dominer. Ce ne fut pas le cas. Une victoire, mais peut-être pas si belle que ça.

Les Alouettes pourront et devront donc en profiter afin de se remettre sur pied.

« Depuis le début de l’année, on dit qu’on veut progresser à toutes les semaines », dit Matte. « Peu importe contre qui on va jouer, on veut s’améliorer. Par rapport à la semaine dernière, l’amélioration ne devrait pas être trop difficile à atteindre puisqu’on a vraiment mal joué. On veut toujours progresser. »

« Pendant plusieurs années, on a souvent été une équipe qui n’était pas dans les plans des matchs éliminatoires. Mais personnellement, dans cette situation, je jouais pour ma fierté, la fierté de l’équipe, pour mon emploi… (Les Argos) sont dans la même position. »

« Il ne faudra donc pas les prendre à la légère. C’est vraiment une bonne équipe qui a connu de mauvais matchs, toute la saison. Ils ont souvent perdu par peu de points. »

« Mais il faut revenir à la base. Refaire les jeux dans lesquels nous sommes bons. Lorsque nous avons certains types de joueurs, il faut utiliser leurs forces. Je crois qu’on a essayé de trop en faire pendant le dernier match. »

– Kristian Matte

Je l’ai souvent écrit dans cette chronique – ou pensé, seul dans ma tête, je ne suis plus sûr —, mais il serait bien de voir les Oiseaux contrôler le match pendant 60 minutes. Dicter l’allure de la rencontre.

Bref, vendredi sera une belle audition, en vue de la demi-finale de l’Est. Pour parfaire l’exécution. Parce qu’il faut se le dire, les Alouettes n’ont pas souvent contrôlé les parties qu’ils ont gagnées, cette saison.

« Khari (Jones) nous le dit depuis le début de l’année : ce n’est pas nécessaire que les matchs soient si serrés », dit Matte. « On se fait appeler les “cardiac kids”… Oui, c’est amusant, excitant à regarder et ça l’est aussi de jouer dans ce genre de match, mais il faudra trouver le moyen de contrôler la partie, de dominer. Pas juste à la fin du match. Pas juste pendant deux quarts du match. »

« Et c’est le bon moment de la saison pour atteindre ce niveau. Ce sont les équipes qui sont capables de jouer 60 minutes qui vont se rendre loin dans les éliminatoires. »