Politique de confidentialité

Veuillez noter que la politique de confidentialité de ce site web a récemment été mise à jour. Cliquez ici pour en savoir plus.

6 décembre 2019

Joueurs autonomes : Il y en a pour tous les goûts chez les quarts

Larry MacDougal/LCF.ca

TORONTO – En février dernier, les quarts Bo Levi Mitchell, Mike Reilly et Trevor Harris sont tous les trois devenus joueurs autonomes dans la Ligue canadienne de football (LCF). Cette année, on peut dire sans trop se tromper que le marché des joueurs autonomes – du moins, en ce qui a trait aux quarts – ne sera pas aussi relevé.

Néanmoins, plusieurs quarts intrigants deviendront joueurs autonomes en 2020, que l’on pense aux partants Matt Nichols et Zach Collaros ou à Nick Arbuckle, un substitut voué à un bel avenir au sein du circuit. Ajoutez un vétéran aguerri comme McLeod Bethel-Thompson et le joueur étoile blessé Jeremiah Masoli et vous obtenez un large éventail d’options pour les acheteurs potentiels le 11 février prochain.

Six des neuf équipes du circuit ont déjà une bonne idée de l’identité de leur quart-arrière numéro un pour amorcer la saison 2020, mais tous les clubs de la Ligue auront des besoins à combler d’ici le début des camps d’entraînements en mai prochain. Aujourd’hui, LCF.ca brosse un portrait des quarts qui pourraient devenir joueurs autonomes en février :

DES PARTANTS EXPÉRIMENTÉS

Jeremiah Masoli — HAM
Zach Collaros — WPG
Matt Nichols — WPG
McLeod Bethel-Thompson — TOR

La Colombie-Britannique, Calgary, la Saskatchewan, Edmonton, Hamilton et Montréal ont déjà une bonne idée de l’identité de leur quart-arrière numéro un pour amorcer la saison 2020. Par contre, bon nombre d’options s’offrent aux trois autres clubs de la LCF, via le marché des joueurs autonomes ou via transaction.

À la suite d’une campagne écourtée en raison d’une blessure, Jeremiah Masoli est au sommet des quarts disponibles sur le marché des joueurs autonomes. L’athlète de 31 ans a été nommé joueur par excellence de la division Est en 2018, mais, six matchs après le début de la saison 2019, il a été victime d’une déchirure d’un ligament croisé antérieur. Dane Evans l’a remplacé et s’est avéré un excellent quart partant, menant notamment les Tiger-Cats au match de la Coupe Grey. Du coup, l’avenir de Masoli, à Hamilton, semble incertain.

Même s’il venait à rater quelques semaines de la saison 2020 afin d’entièrement se remettre de sa blessure, Masoli sera assurément sollicité s’il devient joueur autonome en février. Menaçant par la passe et par la course, il a démontré qu’il était l’un des joueurs les plus talentueux de la LCF en 2018, amassant 5209 verges et 28 touchés par la passe, tout en maintenant une moyenne de 9,1 verges par passe tentée.

Autre quart-arrière ayant été ennuyé par une blessure sérieuse en 2019, Matt Nichols a eu son mot à dire dans les récents succès des Blue Bombers. Avec lui derrière le centre, Winnipeg est passé d’un club luttant pour une participation aux éliminatoires à une équipe qui aspire au match de la Coupe Grey chaque année, grâce à quatre saisons consécutives d’au moins 10 victoires. Nichols aura 33 ans en mars, mais il a connu l’une de ses meilleures campagnes l’an passé, lui qui a lancé 15 passes de touché contre seulement cinq interceptions avant de se blesser et de mettre ainsi fin à sa saison en août.

Nichols est l’un des trois quarts des Bombers qui deviendront joueurs autonomes l’an prochain. Chris Streveler et Zach Collaros pourraient aussi aller voir ailleurs le 11 février prochain, et le club voudra peut-être conserver les services de Collaros, vu ce qu’il a accompli en novembre dernier. Quelques semaines après avoir mis la main sur lui à la date limite des transactions, Collaros a effectué son premier départ avec les Bombers le 25 octobre. Il a ensuite remporté deux matchs éliminatoires, sur la route, avant de mener son équipe à la conquête de la coupe Grey contre Hamilton. Si Winnipeg s’entend avec Collaros, elle devra céder un choix de premier tour aux Argonauts de Toronto, une condition établie lors de la transaction qui a eu lieu plus tôt cette année.

McLeod Bethel-Thompson ne fera peut-être pas couler beaucoup d’encre d’ici le 11 février, mais le vétéran aguerri a connu la meilleure campagne de sa carrière en 2019, amassant 4024 verges et 26 touchés par la passe – un sommet dans la LCF la saison dernière –, en plus de maintenir une moyenne de 8,2 verges par passe tentée. Âgé de 31 ans, Bethel-Thompson n’est peut-être pas une solution à long terme, mais, à court terme, il pourrait rendre de fiers services à une équipe à la recherche d’un quart-arrière. Si on ne l’embauche pas pour un poste de partant, il devrait être l’un des substituts les plus convoités lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

L’AVENIR SEMBLE PROMETTEUR

Nick Arbuckle — CGY
Chris Streveler — WPG
Dakota Prukop — TOR

Malgré son manque d’expérience, Nick Arbuckle pourrait être l’un des quarts les plus convoités cet hiver. Évoluant derrière Bo Levi Mitchell, l’athlète de 26 ans ne peut pas aspirer à un poste de partant à Calgary. Cependant, après avoir affiché une cote d’efficacité du quart-arrière de 106,5 comme substitut en 2019, ainsi qu’un ratio de 11-5 au chapitre des passes de touché et des interceptions, Arbuckle pourrait devenir un partant à temps plein en 2020. Arbuckle a démontré des atouts comparables aux autres passeurs s’étant établis comme partants en 2019, soit Cody Fajardo, Dane Evans et Vernon Adams Jr.

Bien qu’il manque peut-être un peu de finition, Chris Streveler a gagné le cœur des partisans des Blue Bombers en 2018, venant en relève à Matt Nichols – blessé – moins d’un an après la fin de son séjour avec l’Université du Dakota du Sud. L’athlète de 24 ans a encore beaucoup de travail à accomplir, notamment comme passeur, mais ses atouts en situation de jeu au sol sont impossibles à ignorer. Les qualités athlétiques et l’intuition de Streveler ont joué un rôle crucial dans les succès des Bombers lors des éliminatoires; on se souvient tous de sa passe de touché de 18 verges vers Andrew Harris. Selon Justin Dunk de 3DN, les dépisteurs de la NFL ont un œil sur Streveler.


 
Ayant obtenu du temps de jeu limité au cours des dernières années, Dakota Prukop ne compte que 30 tentatives de passe en carrière dans la LCF, même s’il fait partie de l’organisation des Argonauts depuis le début de la saison 2017. Un peu comme Streveler, le passeur de 26 ans possède des habiletés qui sont plutôt uniques dans le football à trois essais. Il a eu la chance de démontrer son potentiel en fin de saison l’an passé contre Ottawa et Hamilton, alors qu’il a complété 10 de ses 17 passes pour 216 verges et trois touchés sans aucune interception. Après avoir investi trois ans pour le développer, les Argos voudront probablement conserver ses services en 2020.

EST-IL TROP TARD POUR CES ANCIENS ESPOIRS?

Jonathon Jennings — OTT
James Franklin — TOR

Considérés il y a quelques années comme deux des principaux quarts voués à un bel avenir dans la LCF, Jonathon Jennings et James Franklin pourraient se retrouver sans emploi l’an prochain. Franklin a obtenu une autre chance de se faire valoir à Toronto à la suite du départ de l’entraîneur-chef Marc Trestman, mais, à la suite d’une blessure dès les premiers instants de sa saison 2019, il a de nouveau rencontré des difficultés la saison passée. Agissant comme substitut derrière Mike Reilly à Edmonton, Franklin a jadis été l’un des quarts les plus demandés de la LCF, mais le tout est aujourd’hui chose du passé – son meilleur espoir est d’être invité à un camp d’entraînement au printemps prochain.

Il y a environ un an, plusieurs se demandaient si Jennings allait pouvoir retrouver ses repères en évoluant ailleurs qu’en Colombie-Britannique, mais le passeur de 27 ans a éprouvé bon nombre d’ennuis à Ottawa; il a notamment été victime de deux fois plus d’interceptions (sept) qu’il n’a lancé de passes de touché (trois), et il n’a maintenu qu’une moyenne de 7,1 verges par passe tentée. Soudainement, une saison de 5200 verges par la passe en 2016 n’est qu’un lointain souvenir pour Jennings, alors que ses jours dans la LCF sont possiblement comptés.

Évidemment, certains quarts ont mis plus de temps que d’autres à se développer par le passé, et Franklin et Jennings ont tous les deux démontré un excellent potentiel à un moment ou à un autre de leur carrière.

LES SUBSTITUTS

David Watford — HAM
Montell Cozart — CGY
Logan Kilgore — EDM
Brandon Bridge — C.-B.
Danny O’Brien — C.-B.

S’il y a une leçon à retenir de la saison 2019, c’est que la valeur d’un bon quart substitut est inestimable. Tous les quarts identifiés comme numéro un en amont de la dernière saison ont été ennuyés par des blessures au cours de la dernière année; Cody Fajardo, Dane Evans, Vernon Adams Jr. et Nick Arbuckle ont saisi la balle au bond et sont devenus les prochaines étoiles du circuit à leur position. En 2020, quels substituts susciteront de l’intérêt sur le marché des joueurs autonomes?

À Hamilton, David Watford est devenu le principal substitut à la suite de la blessure subie par Jeremiah Masoli. Il ne compte aucun départ en carrière dans la LCF, mais il peut rendre de fiers services en situation de courts gains et il est menaçant avec ses jambes. Watford a complété cinq de ses huit passes pour 74 verges contre les Argonauts lors du dernier match de la saison régulière des Tiger-Cats en 2019.

Montell Cozart a été le principal substitut derrière Nick Arbuckle à la suite de la blessure subie par Bo Levi Mitchell à Calgary. Cozart, 24 ans, n’a tenté qu’une seule passe en carrière dans la LCF (une passe complétée de 11 verges), mais vu la feuille de route de John Hufnagel et de Dave Dickenson en ce qui a trait au développement des quarts, il devrait assurément susciter de l’intérêt. Si Arbuckle devait s’entendre avec une autre formation, Cozart pourrait parapher un contrat avec les Stamps et lutter pour le poste de quart-arrière numéro deux de la formation.

Embauché pendant le camp d’entraînement, Logan Kilgore cadrait parfaitement avec l’attaque des Eskimos et de l’entraîneur-chef Jason Maas. Avec Maas sous d’autres cieux, un retour à Edmonton semble improbable pour Kilgore. Considéré autrefois comme un espoir intéressant, Kilgore n’a pas su saisir les opportunités qui se sont présentées à lui en 2019, lançant plus d’interceptions (neuf) que de touchés (six) et n’affichant qu’une moyenne de 6,9 verges par passe tentée. En carrière, son ratio de passes de touché et d’interceptions est de 8-19.

Certains voient encore beaucoup de potentiel chez Brandon Bridge, qui a conclu une entente avec les Lions, en fin de saison, à la suite de la blessure subie par Mike Reilly. Dernier quart canadien à avoir amorcé un match éliminatoire, Bridge a réussi 14 de ses 22 passes pour 194 verges, un touché et deux interceptions lors du dernier match des Lions, en 2019, contre Calgary. Bien qu’il ne soit plus considéré comme un espoir de premier plan, Bridge devrait assurément lutter pour un poste de substitut lors d’un camp d’entraînement l’an prochain.

Après six saisons dans la LCF avec Ottawa, Edmonton et la Colombie-Britannique, Danny O’Brien conclut notre liste de quarts qui pourraient tester le marché des joueurs autonomes en 2020. Le passeur de 29 ans a obtenu son plus important volume de travail la saison dernière, lui qui a complété 57 % de ses passes pour 341 verges, un touché et deux interceptions – il a maintenu une moyenne de 5,0 verges par passe tentée. Il a été le principal substitut derrière Reilly en 2019.