Repêchage
Tour
-
29 avril 2020

Repêchage simulé 2.0 : Un nouvel espoir pointe au premier rang

ECU Athletics Media Relations

TORONTO – À quelque 24 heures du repêchage 2020 de la LCF, nous vous présentons la deuxième et dernière édition de notre repêchage simulé.

Dans notre première édition, il y a près d’un mois, on voyait les Stampeders de Calgary choisir le joueur de ligne offensive de l’Université de l’Alberta Carte O’Donnell au premier rang au total de l’encan de jeudi. Mais, aujourd’hui, nous avons changé notre fusil d’épaule, et un nouvel espoir se retrouve au sommet de notre repêchage simulé.

PREMIER TOUR

1. CALGARY (VIA OTT)
JORDAN WILLIAMS
SEC | EASTERN CAROLINA

Ça peut sembler injuste puisqu’il a été le seul espoir à réellement se démarquer en 2020 lors d’un camp d’évaluation – le camp d’évaluation régional de l’Ontario, à Toronto, a eu en partie lieu avant le grand confinement –, mais il ne fait aucun doute que Jordan Williams aurait néanmoins réussi à exceller ce printemps en vue du repêchage 2020.

Quand une équipe sélectionne au premier rang un espoir qu’elle espère voir contribuer dès le début de la prochaine saison, elle ne veut pas choisir un athlète sans éclat particulier ou un joueur sur lequel elle aurait pu mettre la main lors des tours subséquents. Elle veut opter pour un espoir capable de faire la différence, et Williams répond exactement à cette attente.

Alex Singleton avait été une révélation au sein de la défense des Stamps, grâce à son intelligence et à son anticipation à la position de secondeur intérieur. Mais, athlétiquement parlant, Singleton ne peut absolument pas rivaliser avec Williams. Si Williams est couplé avec Nate Holley, la recrue par excellence de la saison 2019, les deux joueurs développeront rapidement une chimie et pourraient devenir l’un des meilleurs duos de secondeurs intérieur et côté court de la LCF.

2. TORONTO
TOMAS JACK-KURDYLA
LO | BUFFALO

Au début du mois, nous pensions que les Argonauts pourraient se tourner vers le receveur Dejon Brisset. Mais, privé d’un joueur de ligne offensive partant avec le départ de Sean McEwen vers Calgary lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, Toronto pourrait décider de mettre la main sur le meilleur bloqueur disponible et pour un athlète capable, grâce à ses habiletés athlétiques, de se transformer en ailier rapproché lors de formations employant un sixième joueur de ligne offensive.

Thomas Jack-Kurdyla est ce type de joueur; l’autre bloqueur disponible est Kétel Assé, mais son physique ressemble plus à celui de Shane Richards, que les Argos ont choisi au premier rang au total du repêchage 2019.

3. C.-B.
ISAAC ADEYEMI-BERGLUND
LD | SE-LOU

Le premier choix des Lions pourrait aller d’un côté comme de l’autre jeudi soir. Si Ed Hervey veut y aller avec un ailier défensif, il pourra choisir entre Adeyemi-Berglund ou le produit de l’Université du Dakota du Nord Mason Bennett. Sa volonté et son physique, combinés à sa capacité de pourchasser avec acharnement n’importe quel porteur de ballon assez téméraire pour tenter de s’échapper, font de lui le candidat idéal au troisième rang.

Repêcher un joueur de ligne offensive aurait aussi du sens pour une équipe ayant rencontré des problèmes au chapitre de la protection de son quart-arrière l’an passé. Mais Mike Reilly ne possède plus de nombreuses années devant lui, et développer un relativement jeune groupe de joueurs de ligne à l’attaque en ajoutant une autre recrue en cas de blessure ne semble pas être dans les plans.

4. EDMONTON
KÉTEL ASSÉ
LO | LAVAL

Brock Sunderland et son équipe ont fait un si beau travail pour bâtir une belle profondeur canadienne sur la ligne défensive qu’il ne serait pas surprenant de voir les Eskimos utiliser le quatrième choix au total du repêchage 2020 pour choisir un espoir capable de complémenter le travail de Mathieu Betts et de Kwaku Boateng. Cependant, ce duo en donne déjà beaucoup à son équipe, et employer un troisième ailier défensif canadien sur le terrain, ou même dans un système de rotation, peut être difficile.

Kétel Assé a le physique de l’emploi et bouge bien les pieds. Son anticipation et sa capacité à s’ajuster à n’importe quelle direction empruntée par ses porteurs de ballon démontrent qu’il pourrait évoluer à différentes positions sur la ligne de mêlée. Et, comme on l’a vu l’an dernier, les Eskimos iront aussi loin que Trevor Harris – en santé – pourra les mener.

5. HAMILTON (VIA MTL)
DEJON BRISSET
RÉ | VIRGINIA

Si Toronto ne sélectionne pas Brisset au deuxième rang, ce dernier pourrait bien se retrouver avec les Tiger-Cats de Hamilton. Mike Jones est un joueur très talentueux, et il a obtenu bon nombre de chances de se rattraper après des passes échappées ou de lutter pour le ballon grâce à sa fulgurante vitesse, mais son échappé qui lui a coûté un poste lors du match de la Coupe Grey a probablement scellé son avenir avec les Ticats, lui qui n’a toujours pas été réembauché par Hamilton, deux mois après l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Hamilton pourrait utiliser ce choix boni – obtenu dans la transaction impliquant le quart-arrière Johnny Manziel – pour mettre la main sur un receveur canadien de premier plan originaire de l’Ontario qui pourra apprendre le football à trois essais de la LCF sous les ordres du coordonnateur offensif Tommy Condell et devenir, éventuellement, bien plus qu’un simple receveur éloigné.

6. OTTAWA (VIA CGY)
COULTER WOODMANSEY
LO | GUELPH

De ses six pieds, cinq pouces et 295 livres, Woodmansey ressemble en tout point à un choix de premier tour. En plus, il exécute admirablement les éléments de base. Il termine tous ses jeux en puissance, et il perd rarement une confrontation à un contre un. Le sixième rang, cependant, est peut-être un peu trop tôt pour lui, surtout si l’on considère la qualité des joueurs toujours disponibles. Et peut-être qu’Ottawa ne voudra même pas repêcher de joueur de ligne offensive, cette année, avec son choix de premier tour. Mais son comportement, la manière dont il termine ses jeux et sa disponibilité pourraient lui permettre d’être choisi par Ottawa au sixième rang, surtout que le ROUGE et NOIR parlera de nouveau au 10e rang.

Pourquoi ne pas ajouter un autre élément de protection pour Nick Arbuckle grâce au choix que l’équipe a obtenu dans la transaction ayant mené à son déménagement à Ottawa.

7. SASKATCHEWAN
MATTLAND RILEY
LO | SASKATCHEWAN

L’an dernier, les Roughriders ont choisi Justin McInnis et Brayden Lenius avec leurs deux premiers choix. Cette année, ils choisiront au septième rang, puis, à moins d’une transaction, au 30e rang. Sur le marché des joueurs autonomes, la Saskatchewan a perdu les services des joueurs de ligne offensive Dariusz Bladek et Philip Blake, deux nouveaux membres des Argonauts. Par conséquent, la Saskatchewan voudra probablement mettre la main sur un joueur capable de les aider dès maintenant au septième rang.

Mattland Riley est un joueur de six pieds, trois pouces et 300 livres originaire de Melfort, en Saskatchewan, et, parmi les espoirs disponibles, il devrait être celui qui sera le plus rapidement prêt à jouer chez les pros à la position de garde ou de centre. Il permettrait aussi de rajeunir une ligne offensive vieillissante en devenant un partant dès l’an prochain, et pour des années à venir.

8. HAMILTON
MASON BENNETT
LD | NORTH DAKOTA

Certains se demandent si les Blue Bombers n’effectueront pas une transaction afin de mettre la main sur le produit de l’école secondaire Vincent Massey; le directeur général Kyle Walters voudra-t-il sacrifier les actifs nécessaires afin de transiger pour le huitième rang détenu par les Ticats et repêcher Bennett? Ce dernier pourrait immédiatement faire oublier aux partisans des Bombers la perte de Jonathan Kongbo, dont l’excellente saison comme recrue lui a permis d’être libéré et de signer un contrat avec les 49ers de San Francisco dans la NFL.

Les Ticats, s’ils choisissent effectivement un receveur au cinquième rang au total, pourraient utiliser Bennett dans un système de rotation avec Julian Howsare aux côtés de Ja’Gared Davis, Dylan Wynn et Ted Laurent. Hamilton pourrait remplacer Laurent par Bennett en situation de deuxième essai et long, où l’espoir aurait la chance de peaufiner son jeu jusqu’à l’occasion de jouer tous les jeux d’une série se présente.

9. TORONTO (VIA WPG)
MICHAEL HOECHT
LD | BROWN

Hoecht ressemble à un joueur comme Brent Johnson. Alors que Robbie Smith, un produit de l’Université Wilfrid Laurier, a connu une très bonne première saison avec les Argos après avoir été choisi au neuvième rang du repêchage de l’an dernier, Toronto pourrait choisir d’investir dans ce jeune homme originaire de l’Ontario, sur qui le club pourra compter pendant de nombreuses saisons une fois qu’il se joindra à la LCF, à la suite de son séjour avec les Rams de Los Angeles dans la NFL.

DEUXIÈME TOUR

1 (10). OTTAWA
ADAM AUCLAIR
DD | LAVAL

Antoine Pruneau est toujours l’un des meilleurs maraudeurs de la Ligue chez le ROUGE et NOIR, mais il ne rajeunit pas. De plus, certains se demandent à quoi pourraient ressembler les stratégies employées par le nouveau coordonnateur défensif Mike Benevides s’il pouvait compter sur les services d’un demi défensif aussi polyvalent qu’Adam Auclair.

2 (11). TORONTO
BRENDAN O’LEARY-ORANGE
RÉ | NEVADA

Si Toronto met l’accent sur les tranchées, il devrait y avoir encore plusieurs bons joueurs disponibles pour la formation au 11e rang. Toutefois, O’Leary-Orange a enregistré un chrono de 4,45 secondes au sprint sur 40 verges, il possède de bonnes mains, il exécute de bons tracés et il a évolué dans la NCAA. Il n’est pas T.J. Jones, mais couplé avec Juwan Brescacin, les Argos pourraient compter sur un gros duo de receveurs nationaux afin d’offrir plus d’options à Matt Nichols ou McLeod Bethel-Thompson en situation de deuxième et long.

3 (12). C.-B.
RYSEN JOHN
RÉ | SFU

Avec les deux meilleurs receveurs choisis, et avec un ailier défensif d’exception sélectionné au premier tour, les Lions pourraient se tourner vers une autre cible pour Mike Reilly au 12e rang. Le physique et le potentiel de John font qu’il ne sera probablement plus disponible lorsque les Lions procèderont à leur prochaine sélection, au 23e rang au total.

4 (13). EDMONTON
CARTER O’DONNELL
LO | ALBERTA

Il serait surprenant de voir Carter O’Donnell être repêché aussi tard, mais son boni à la signature de 25 000 $ avec les Colts d’Indianapolis dans la NFL nous amène à le voir être choisi en début de deuxième tour. Et Edmonton semble un endroit naturel où il pourrait se retrouver.

Honnêtement, n’importe quelle équipe serait avisée de choisir O’Donnell avant le 13e rang et d’espérer, un jour, qu’il fasse le saut dans la LCF, mais ça a plus de sens pour Calgary et Edmonton, qui auront probablement les meilleures chances de mettre sous contrat le produit de l’Université de l’Alberta lorsqu’il deviendra joueur autonome dans quelques années. Avec Assé choisi lors du premier tour comme police d’assurance, le jeu en vaut la chandelle à ce stade-ci du repêchage, même si O’Donnell décide de demeurer dans la NFL.

5 (14). MONTRÉAL
MARC-ANTOINE DEQUOY
DD | MONTRÉAL

L’an dernier, lors du Défi Est-Ouest de U SPORTS, Danny Maciocia ne tarissait pas d’éloges à propos de Marc-Antoine Dequoy. Depuis, Dequoy a amélioré sa vitesse, il a aidé les Carabins à remporter la Coupe Dunsmore, et il a signé un contrat avec les Packers de Green Bay dans la NFL.

Il s’agit d’un premier choix risqué pour Maciocia en tant que directeur général des Alouettes : les Montréalais ne possèdent pas de choix de premier tour en 2020 et en 2021, et Dequoy pourrait vouloir rester dans la NFL pendant quelques années. Mais sa sélection enverrait un message puissant : si vous êtes parmi l’élite du RSEQ, les Alouettes ne sont pas simplement intéressés par vos services, ils sont prêts à investir en vous. C’est un message que Maciocia a véhiculé lors de son embauche, et il a agi en ce sens lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes en février dernier.

Il s’agit d’un choix permettant de définir la culture et l’identité de l’équipe, et qui dépasse par beaucoup les simples habiletés athlétiques.

6 (15). CALGARY
CAM LAWSON
LD | QUEEN’S

En 2014, Derek Wiggan des Gaels de l’Université Queen’s était toujours disponible et Calgary a choisi le puissant joueur de ligne défensive avec le 34e rang au total du repêchage. Wiggan était un choix judicieux et intelligent, et, depuis, il a réussi a régulièrement appliquer de la pression sur les quarts adverses, tout en gardant les mains au bon endroit et en se dirigeant rarement du mauvais côté lors de jeux de course.

Cette description correspond aussi à Cam Lawson.

7 (16). MONTRÉAL (VIA SSK)
RÈSHAAN DAVIS
LD | OTTAWA

Davis en a impressionné plus d’un lors d’une performance de trois sacs dans une victoire de 12-10 de l’Université d’Ottawa aux dépens de l’Université de Guelph. Mesurant six pieds quatre pouces et pesant 243 livres, il pourrait s’insérer aisément au sein du groupe de jeunes ailiers défensifs nationaux chez les Alouettes, composé présentement de Bo Banner (19e en 2018) et de Nate Anderson (16e en 2019).

8 (17). HAMILTON
NOAH HALLETT
DD | MCMASTER

Il ressemble et joue comme l’ancien maraudeur des Tiger-Cats Craig Butler, qui occupe aujourd’hui au poste au sein du personnel d’entraîneurs de Hamilton. Il a été entraîné par le maraudeur actuel des Ticats Mike Daly. Il a disputé son football universitaire à Hamilton, et il est natif de London.

Les planètes sont alignées pour voir Hamilton sélectionner Hallett au 17e rang, et les Ticats feraient bien de le choisir avant que Winnipeg ait l’opportunité d’effectuer son premier choix de la soirée, jeudi : les Bombers ont obtenu de solides performances sur les unités spéciales du produit de l’Université de Toronto Nick Hallett en 2019.

Nick est le frère de Noah, et les deux jeunes hommes s’entraînent ensemble, à la maison, depuis le début de la pandémie. En choisissant Noah, les Bombers pourraient obtenir un joueur qui aura la même influence que Nick au sein de leurs unités spéciales, mais avec un plus grand potentiel en défense. Il pourrait même devenir un maraudeur partant d’ici quelques années. Mais ça, c’est si les Ticats ne le choisissent pas avant.

9 (18). WINNIPEG
ANDREW SEINET-SPAULDING
LD | MCGILL

Difficile de comprendre pourquoi Andrew Seinet-Spaulding n’a pas obtenu toute l’attention qu’il mérite, ce printemps, en vue du repêchage. Après tout, il a été nommé sur l’équipe d’étoiles du RSEQ après avoir mené la conférence, en 2019, pour les plaqués pour des pertes (13,5) et pour les sacs (sept).

Originaire de Pierrefonds, au Québec, le joueur de six pieds et de 292 livres a réussi 27,5 plaqués défensifs en huit matchs, il a été nommé sur la première équipe d’étoiles de U SPORTS et il est devenu seulement le troisième joueur de l’histoire de l’Université McGill à remporter le Trophée J.P. Metras, remis annuellement au meilleur joueur de ligne du football universitaire canadien, suivant ainsi les pas de Randy Chevrier (2000) et du récent champion du Super Bowl et docteur Laurent Duvernay-Tardif (2013).

10 (19). OTTAWA (TERRITORIAL)
NEVILLE GALLIMORE
LD | OKLAHOMA

Un choix de deuxième tour pour un joueur qui ne jouera probablement jamais dans la LCF? Oui.

Voici pourquoi. Le talent des joueurs à la disposition d’Ottawa pour effectuer sa sélection territoriale n’est pas génial. Si Gallimore fait un jour le saut dans la LCF, le ROUGE et NOIR ne peut pas se permettre de le voir enfiler l’uniforme d’une autre formation du circuit. Sans oublier que ce choix territorial est en quelque sorte un boni afin de permettre au club de s’améliorer à la suite d’une saison 2019 difficile. Pourquoi ne pas miser le tout pour tout et frapper un coup de circuit si jamais il décide de venir jouer au Canada?

Parmi les autres joueurs à la disposition du ROUGE et NOIR, on retrouve le demi offensif de l’Université Carleton Nate Carter, le secondeur de l’Université Towson Malik Tyne et le joueur de ligne défensive de l’Université Brown Micheal Hoecht – mais certains voient difficilement comment il pourrait encore être disponible au 19e rang.

L’autre option qui s’offre au ROUGE et NOIR est de repousser leur choix territorial à la fin d’un autre tour puis de sélectionner un joueur de la région d’Ottawa, sans avoir à le payer au prix d’un choix de deuxième tour. Encore une fois, simplement d’un point de vue de valeur, repêcher le joueur de ligne défensive de l’Université de l’Oklahoma – un Ted Laurent plus jeune et plus agile – est l’option la plus logique.

11 (20). TORONTO (TERRITORIAL)
KIAN SCHAFFER-BAKER
RÉ | GUELPH

Avec leur quatrième choix des deux premiers tours, les Argos peuvent ajouter une police d’assurance à la position de receveur ou encore ajouter de la profondeur à leur ligne offensive ou défensive, comme l’espoir de l’Université Wilfrid Laurier Samuel Acheampong, mais certains préfèreront Schaffer-Baker.

Le jeune homme natif de Mississauga mesure six pieds quatre pouces et pèse 200 livres, et il est très bon pour suivre le ballon. Si Toronto ne le choisit pas au 20e échelon, Schaffer-Baker prendra probablement la direction d’Edmonton, de Hamilton ou de la Colombie-Britannique au cours du troisième tour.

D’après un article de Marshall Ferguson publié sur le CFL.ca.