20 juillet 2020

« The Big Chill » au Temple de la renommée

Laurie Wheeler, Calgary Sports

TORONTO – Lorsqu’il a amorcé sa carrière avec les Pirates de Shreveport en 1994, Freddie Childress ne le savait pas, mais il allait connaître la grande expérience de la Ligue canadienne de football (LCF).

Le joueur de ligne format géant – il mesure six pieds, quatre pouces et il pesait 345 livres, surnommé « The Big Chill » — a joué deux ans avec l’équipe d’expansion des États-Unis avant d’élire domicile pour huit saisons avec les Stampeders de Calgary. Il a passé trois autres campagnes en Saskatchewan et il a accroché ses crampons à l’âge de 40 ans.

Vendredi dernier, Childress a pris le téléphone afin de revenir sur sa carrière de 13 ans dans la LCF.

« Calgary a été la vedette de ma carrière, c’est là que j’ai passé le plus de temps », a dit Childress, lui qui vit maintenant dans la ville albertaine, depuis sa retraite. « Nous avons remporté quelques coupes Grey là-bas et j’ai remporté le prix du joueur de ligne de l’année. »

« Nous avions de bonnes équipes lorsque j’évoluais à Calgary. »


 
Son temps passé dans l’uniforme des Stamps est ce qui lui a valu d’être intronisé au Temple de la renommée du football canadien en 2020. Childress a remporté la Coupe Grey à Calgary en 1998 et en 2001. Il a été nommé sur l’équipe d’étoiles de division à six reprises et à trois reprises sur l’équipe d’étoiles de la LCF (1996 à 1998). En 1998, il a été nommé le joueur de ligne offensive par excellence de la Ligue.

« Lorsque je suis arrivé à Calgary en 1996, je me suis retrouvé sur l’équipe d’étoiles de la Ligue », a dit Childress. « Par la suite, je voulais m’améliorer chaque année et c’est ce qui est arrivé. De 1996 à 2001 ont été mes meilleures années. »

« Lorsque je repense à des figures imposantes avec lesquelles j’ai eu la chance de jouer, Freddie Childress vient en tête de liste », a dit Henry Burris.

« Quel leader et quel bon gars! Mais lorsqu’il mettait le pied sur le terrain, il changeait, on le voyait dans ses yeux. Il apportait de la ténacité et du leadership. »

« Il était en mesure de faire disparaître les joueurs de ligne défensive adverses, même ceux qui étaient considérés comme les plus imposants. »

Après huit ans avec les Stamps, Childress est allé en Saskatchewan pour les trois dernières saisons de sa carrière. Lorsqu’il a annoncé sa retraite, l’entraîneur-chef des Riders Danny Barrett a dit à l’époque que Childress devait s’attendre à recevoir un coup de fil dans cinq ans pour le Temple de la renommée.

L’appel est venu plus tard, mais Childress était tellement heureux de recevoir cette bonne nouvelle et d’apprendre qu’il ferait partie de la cuvée 2020.

« J’étais à la fois surpris et en état de choc », a-t-il dit. « Lorsque j’ai reçu l’appel, je n’en croyais pas mes oreilles. Mais plus je leur parlais, plus je réalisais qu’après toutes ces années, j’étais enfin intronisé. Il a fallu que je m’assoie un peu pour y penser et absorber le tout, par la suite. J’ai tellement travaillé fort et maintenant, j’ai la récompense souhaitée. »

Il est très heureux aussi d’être intronisé avec quelques-uns de ses bons amis et anciens coéquipiers. Childress, Eddie Davis et Kelvin Anderson étaient tous ensemble à Shreveport. Ils se sont tous les trois rendus à Calgary en 1996, lorsque les équipes américaines de la LCF ont disparu et Childress a eu la chance de jouer avec Davis en Saskatchewan en fin de carrière. Davis a été intronisé au Temple de la renommée du football canadien en 2015 et Anderson en 2017. Les trois amis et anciens coéquipiers sont maintenant réunis au Temple de la renommée à Hamilton.

« Eddie Davis et Kelvin Anderson étaient mes meilleurs amis lorsque je jouais. Je leur parle encore aujourd’hui », a dit Childress.

« Une fois que vous vous rapprochez de certains joueurs de votre équipe, ils deviennent des amis pour la vie. »

D’après un article de Chris O’Leary, paru sur CFL.ca